Napoléon, un tournant décisif

Henri IV a donné à la cité ses lettres de noblesse, Napoléon lui offre les éblouissants horizons d'un paysage romantique. La réputation de Pau va se bâtir sur un coup d'oeil impérial et s'amplifier grâce aux Britanniques qui vont bientôt découvrir son climat.

Les palois accueillent avec joie l'avènement de la République, il y eut ici peu de violence. Les députés des Basses-Pyrénées votent contre la mort de Louis XVI. La détermination des Béarnais pour les idées nouvelles est claire mais ils ne veulent pas d'effusion de sang.

Le Directoire redonne calme et paix à notre ville. Les Incroyables et les Merveilleuses s'agitent aussi à Pau, avec leur zézaiement et leur envie de vivre. L'affairisme s'empare de la cité, des fortunes se bâtissent et ce climat de spéculation est heureusement compensé par le maire Jean Réveil qui organise l'instruction gratuite pour les indigents, crée le bureau de Bienfaisance et l'Orphelinat.

Un jeune général corse donne du panache au Directoire en lui ouvrant l'horizon des Pyramides. Au Premier Consul succède l'Empereur ; les Palois devront beaucoup à celui qui est devenu Napoléon.

Napoléon 1er, fera prendre à la ville un tournant décisif avec la création d'une route Paris Madrid via Pau, et l'ouverture de la ville sur le magnifique paysage des Pyrénées.

Juillet 1808, au retour de l'installation de son frère Joseph sur le trône d'Espagne, Napoléon s'arrête à Pau. Il lui faut peu de temps pour juger la ville : « La ville est médiocre, sinon quelconque, le château est en ruine mais quel paysage merveilleux ! ». L'Aigle houspille les Palois et les oblige à se tourner vers les montagnes. Il est vrai que le XVIIIème siècle avait développé une sainte horreur de la montagne. Madame de Maintenon en voyage à Barèges, manque de défaillir et trouve ce lieu affreux ; sommets et gorges sont décrits comme le royaume de Satan. L'intendant Le Bret va jusqu'à trouverregrettable la présence de ces hautes montagnes qui bouchent la vue. 


Accompagné de Joséphine, Napoléon est frappé par le site, fait abattre les murs qui ceignent la place Royale, prend des décrets décisifs qui tracent les voies du futur développement à ce bourg, tapi autour des ruines de son château : création d'une voie Paris, Pau, Madrid par Saragosse ; installation de l'hôtel de ville dans les bâtiments de Notre-Dame, transfert des prisons du donjon du château à l'hôtel Gassion et fait un don pour permettre l'acquisition du Bois Louis.

Dans ce contexte, s'inscrit la fabuleuse destinée de Bernadotte qui, engagé à l'âge de 14 ans comme simple soldat, devint roi de Suède.

Partage

 | 

Nos autres sites