Saint François recevant les stigmates par Dominico Theotokopoulos, dit Le Greco

Le Musée des Beaux-arts de Pau présente cette œuvre de Dominico Theotokopoulos, dit Le Greco (1541-1614).

Ecouter la description du tableau

Voir l'image en grand Crédits : Musée des Beaux-arts / Ville de Pau Cette œuvre de Dominico Theotokopoulos, dit Le Greco s'intitule : Saint François recevant les stigmates.

Dominico Theotokopoulos surnommé Le Greco est né en Crète en 1541. Il est mort en Espagne à Tolède en 1614. (doit son surnom à ses origines crétoises)

Le Greco est considéré comme le fondateur de l’école espagnole. 

Son œuvre s’inscrit en plein cœur de la contre-réforme. L'Église catholique vise alors à faire reculer le protestantisme. Elle encourage les peintres à proposer des représentations expressives des scènes bibliques et de la vie des saints.

Ici, il s’agit de la représentation de Saint François d’Assise, religieux catholique italien, fondateur de l'ordre des franciscains. Saint François d'Assise fut le premier à recevoir sur son corps les stigmates de la passion.

Issu d’une famille de riches marchands, à 25 ans, il choisit la pauvreté et devient ermite. Nouveau Christ, François est l’un des saints les plus populaires du monde chrétien, et l’un de ceux dont l’iconographie est la plus riche.

On retrouve à travers cette représentation du saint toutes les caractéristiques du style du Greco et du mouvement qu’il représente : le maniérisme.

Ce mouvement est également appelé Renaissance tardive car il naît en réaction à la perfection, à l'’exactitude des proportions, à l’harmonie des couleurs qui caractérisaient les œuvres de la Renaissance. Ainsi, cette scène revêt un aspect irréel dû notamment à une lumière blafarde émanant d'un foyer unique, en haut à gauche de la composition.

La palette de couleur est restreinte, se limitant à des teintes froides, des gris, du blanc et du noir. Les formes sont allongées et leurs contours indistincts. Le corps est distordu, tourné vers la lumière, les mains d'une finesse caractéristique. Le Greco signe avec cette figure de saint François une peinture empreinte d’une forte spiritualité à l'atmosphère mystique.

Partage

 | 

Nos autres sites