Les agents témoignent

Les agents de la Propreté Urbaine font tout leur possible pour maintenir la ville propre. Malheureusement, les incivilités du quotidien minent leurs efforts...

Rémi Lassere

Voir l'image en grand Rémi Laserre"Palettes, canapés, meubles usagés, frigos... nous remplissons tous les jours un camion plein d’encombrants. Parfois, on est même obligé de revenir ! Et ça pèse son poids : près d’une tonne à charger à la main sur le haillon ! Bien sûr, ce n’est pas facile d’apporter un encombrant à la déchetterie quand on a pas le véhicule adéquat mais il y a toujours la collecte gratuite sur rendez-vous en appelant le 05 59 14 64 30 !
Par ailleurs, on ramasse les autres dépôts sauvages, le plus souvent des sacs poubelles, à côté de containers qui ne sont pas remplis ! Les gens qui les laissent ne doivent pas se sentir fiers ! Pourtant, c’est si mauvais pour l’image de leur quartier !"

Thierry Darricau

Voir l'image en grand Thierry Darricau"Les chewing-gums, il y en a partout ! A certains endroits c’est un véritable tapis ! C’est très vilain, surtout quand ça noircit ! L’acquisition d’une aérogommeuse nous facilite grandement le travail, qui se faisait auparavant au racloir. Mais quand même, les chewing-gums mobilisent quotidiennement deux agents alors qu’il y a tant de choses à faire auxquelles on ne coupe pas : les feuilles mortes, les herbes folles, les poussières...
Quant aux mégots, c’est pareil : il y en a partout ! Pourtant, le mobilier urbain évolue : les corbeilles sont maintenant pratiquement toutes équipées de cendriers. Mais les mauvaisent habitudes restent... Et dans tous les cas, que ce soit un chewing-gum ou un mégot, rien ne vous oblige à vous en débarrasser de suite après utilisation : on le met dans un mouchoir ou un papier et on le jette dans la prochaine poubelle..."

Voir l'image en grand Rachid Hami Eddine"Je ramasse tous les jours une dizaine voire une quinzaine de crottes de chiens sur mon secteur. Les gens ne se rendent pas compte des conséquences quand ils ne ramassent pas. Je suis obligé d'endurer les odeurs des crottes dans mon chariot tout le long de mon service. Parfois je marche dedans et surtout je suis obligé d'enlever les fèces qui collent à ma pelle et mon balais. À certains endroits, il faut faire venir la laveuse, qui doit traverser la ville. Ces incivilités, c'est beaucoup de temps perdu qu'on pourrait consacrer à d'autres tâches."

Partage

 | 

Nos autres sites