Se passer des pesticides

Crédits : Matthieu Burgard

Depuis 2009, la Ville de Pau limite l'utilisation des pesticides dans l'entretien des espaces publics en raison des dangers que ces produits représentent pour l'environnement et la santé.

Aussi, la Ville met en oeuvre des techniques alternatives dites douces et sélectives (paillage, désherbage thermique ou mécanique, engazonnement de certaines placettes minérales...). Moins nocives, moins radicales, ces techniques doivent être répétées plus souvent et requièrent plus de moyens humains. Pour préserver la santé des agents et l'environnement, là aussi la gestion du désherbage s'adapte à chaque situation : des lieux où le désherbage est fréquent et systématique, à ceux où la flore spontanée peut être tolérée, aux placettes qui sont réengazonnées. Ces herbes ne sont pas « mauvaises » : elles sont utiles à la biodiversité et doivent retrouver leur place dans l'espace urbain.

Pourquoi bannir les pesticides ?

L'usage intensif et répété des pesticides peut avoir des répercussions sur* :

  • La santé (baisse de la fertilité, développement du foetus, déficit immunitaire, troubles neurologiques, développement de cancers...)
  • La biodiversité (sélection ou extinction directe ou indirecte de nombreuses espèces dû à un large spectre d'action)
  • La santé de l'eau et du sol 

* source : agence nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Observatoire des résidus de pesticides, Agence du cancer de l’organisation mondiale de la santé.

Partage

 | 

Nos autres sites