Pelote : la petite balle force le respect

Crédits : DG

La pelote basque, sport d’une rare intensité, exige force, adresse et agilité. Ses adeptes bénéficient d’un équipement exceptionnel pour sa pratique dans notre ville.

Si l’origine de la pelote remonte à l’Antiquité, il a fallu attendre le début du 20ème siècle pour voir la construction du premier fronton à Pau. Situé non loin du stade mythique de la Croix du Prince, il mesurait quatorze mètres de haut, douze de large et la cancha (terrain de jeu) avait une profondeur de 70 mètres.

Cet équipement connut un fort engouement populaire. Sous l’impulsion d’Ernest Gabard, artiste sculpteur palois - auteur notamment de la Femme au Puits, rue Henri Faisans - adepte de la pelote basque et de quelques uns de ses amis, naquit le Fronton Club Palois en 1919. Absorbé vite après par la Section Paloise, cette fusion engendra l’édification, en 1923, du Stadium de la Gare.

A cette époque est créé, rue Lapouble, le premier trinquet palois. Transformé en garage durant l’Occupation, il devint, à la Libération, un dépôt d’autobus. En 1960, le jeu de paume du parc Beaumont est aménagé en trinquet, pour répondre à la demande des pelotaris.

Un Complexe ultra moderne

Un nouveau cap est franchi, en 2006, avec l’inauguration d’un Complexe de pelote ultra moderne, entièrement dédié à la pratique de ce sport. Cet équipement unique au monde réunit les aires de jeu nécessaires aux 23 spécialités de la pelote. Le Complexe a connu la consécration en 2010, en accueillant les 26ème championnats du monde de pelote basque. Plusieurs joueurs de la Section Paloise pelote se sont distingués au plus haut niveau et notamment Jean-Marc Olharan et son fils Jean-Dominique. Tous deux furent médaillés lors des championnats du monde en cesta punta. Le père en 1994 et le fils en 2010.

 

Source Jacky Decaunes, Ernest Gabard, un artiste béarnais, éditions Cairn.

Partage

 | 

Nos autres sites