Le castelnau médiéval et Gaston Febus (XIème-XIVème siècles)

Crédits : Droits réservés

Au départ était un gué sur le Gave... Au Moyen-Age un castelnau s'installe sur l'éperon rocheux qui le domine, auquel Gaston Febus donnera toute son importance stratégique à la confluence des royaumes de France et de Navarre.…

La ville de Pau s’est installée sur les terrasses du Gave qui a établi son cours actuel durant les périodes quaternaires. Cet éperon rocheux est initialement un site stratégique formé par les vallées du Gave au Sud et de l’un de ses affluents, le Hédas au Nord.

Le Gave de Pau est une rivière que seuls trois gués permettaient de franchir. A Pau, un promontoire rocheux surplombe ce passage. Sur cet éperon rocheux serait installé vers l’an mille un poste de garde afin de surveiller les arrivants des vallées pyrénéennes : ce sera l’ancêtre du château.

Le castelnau médiéval

« Le site admirable du château de Pau en dit assez à l’homme de guerre et à celui que la vue d’un magnifique et magique panorama émerveille, pour que nous soyons dispensé de faire ressortir le choix de sa position et les avantages de sa construction » (Théodore Chastang, régisseur du Château. Notice historique sur le Château de Pau. Pau : imprimerie et lithographie Vignancour, 1873)

Les seigneurs de Béarn édifient le castelnau médiéval dans le courant du XIIème siècle. Un fossé et une palissade fermant la pointe du plateau à l’est complètent alors sans doute le dispositif de protection de l’ouvrage.

La ville tirerait son nom de cette palissade formée de pieux ou pals, « pau » en béarnais. Cette hypothèse philologique, à défaut de faire l’unanimité des spécialistes, vient en tout cas conforter la légende locale qui veut qu’un vicomte béarnais aurait planté trois pieux pour délimiter le territoire sur lequel il voulait édifier un château. Les armes de la villerappellent à l’envi cette origine : « d'azur à la barrière de trois pals aux pieds fichés d'argent ».

C’est à l’ombre du château que se développe le bourg primitif, appelé borg vielh. En 1385, la ville compte 128 familles, appelés feux, répartis au long de quatre rues, autour d’une très modeste église paroissiale.

Le bourg de Gaston Fébus

Son importance était cependant réelle puisqu'à cette époque troublée, le vicomte Gaston III de Foix-Béarn, dit Gaston Fébus, en fit à la fois une place-forte, une reculhide, et l’un de ses lieux de résidence favoris. Il fait alors édifier un donjon à l’angle sud-est de la forteresse et une tour basse protégeant la façade méridionale du château au débouché du gué, aujourd’hui appelée Tour de la Monnaie. Gaston Febus profite de la Guerre de Cent Ans pour faire entériner la souveraineté du Béarn qui bénéficie d’une large autonomie, dont le Parlement de Navarre est le témoin. Ce statut subsiste jusqu'en 1620 où le Béarn est incorporé à la couronne de France.

Partage

 | 

Nos autres sites