Le « temps des chemins de grues » : la construction des grands ensembles

Crédits : DG / Ville de Pau

Si en 1947 la ville se dote d’un réel plan global d’aménagement, les constructions neuves se font attendre. Il faut attendre les années 1960 pour voir la ville s'urbaniser et se moderniser.

Pour la Municipalité, la priorité est d’abord donnée à la lutte contre l'insalubrité. La Ville commence à intervenir sur l’habitat dès 1951 par quelques opérations confiées à la société HLM ou à l’Office public HLM. Ainsi, menée entre 1953 et 1962, l’opération « Taudis » vise à démolir des quartiers entiers considérés comme insalubres, au premier rang desquels le vieux quartier situé au fond du ravin du Hédas et longtemps méprisé par les autres Palois. La Municipalité achète 17 immeubles qu’elle souhaite réhabiliter. Dans le même temps, de nouveaux immeubles offrant toutes les commodités modernes sont édifiés en hâte, à l’extérieur de la ville. En 1957, la construction de la cité des Fleurs débute pour endiguer un déficit sensible d’offre en logements modernes.

La construction de logements neufs prend du retard par rapport au formidable essor démographique que connaît la ville. Cette tendance va s’inverser au début des années 1960 avec le plan directeur de 1964, caractérisé par la mise en œuvre de deux projets majeurs de grands ensembles au Nord, celui de la cité de l’Ousse-des-Bois (860 logements, 5000 habitants) et l’opération « Duffau-Tourasse », achevée en 1971. Elle concerne l’aménagement de 35 hectares de terrains achetés par la Ville, dont 22 sont réservés à la construction de 2000 logements, et est confiée à l’architecte-urbaniste André Rémondet, premier grand prix de Rome.

Après l’aménagement du quartier Dufau-Tourasse, la zone est étendue au quartier Tourasse-Buros. Il en résulte un secteur très étendu d’est en ouest, constitué presque exclusivement d’immeubles collectifs d’habitations dont l’urbanisation se réfère aux modèles des grands ensembles: une église, un groupe scolaire, un centre administratif, un centre culturel et un centre social devaient faire de ce nouveau quartier une véritable « ville dans la ville ». Le quartier ne devint pourtant jamais le nouveau centre de la ville qu’avaient rêvé les élus et urbanistes des années 1960.

Ces opérations immobilières sont accompagnées par la construction d'infrastructures et d’équipements partout dans la ville : le nouvel abattoir (1954-1967), l’aéroport en 1955, le Foirail (1962-1964), la piscine municipale (1963-1966), le théâtre de verdure du parc Beaumont. La fin des années 1960 et le début années 1970 sont de plus marqués par le développement du campus universitaire et la cité administrative.

Partage

 | 

Nos autres sites