Pau, capitale du cheval

Crédits : DG

De tout temps, le Béarn a été une terre d’élevage de chevaux. Dès le début du XIXe siècle, Pau est surnommée « capitale du cheval » et le roman d’amour perdure.

La tradition s’est perpétuée et la filière équine draine désormais près d’un millier d’emplois notamment à l’hippodrome, aux centres équestres et d’entraînement du domaine de Sers, au foyer d’apprentis lad-jockeys, dans l’élevage ou encore au haras national de Gelos.

L’Hippodrome

Classé Pôle National, l’hippodrome palois est le deuxième de France après celui d’Auteuil pour les courses à obstacles. Avec quelque 200 courses étalées de décembre à fin février (environ 150 à obstacles, 60 de plat), il draine une moyenne de 50 000 spectateurs sur la saison. Nombre d’entraîneurs et de chevaux basés à Pau s’illustrent sur les plus grands hippodromes du monde.

Le centre d’entraînement de Sers

Pau est le deuxième centre d’entraînement en France après Chantilly et devant Maison Lafitte. Huit-cents chevaux y demeurent à l’année. Des entraîneurs réputés, considérés comme les meilleurs de France en terme de résultats, tels Jacques Ortet, Jean-Claude Rouget et Jean-Pierre Totain sont résidents à Sers avec leurs écuries de course. Chacune d’elles regroupe une centaine de chevaux.

Le domaine de Sers accueille chaque année le seul Concours Complet International 4 étoiles de France. Cette épreuve fait partie du cercle restreint des six CCI**** organisés dans le monde. Ce rendez automnal réunit les meilleurs cavaliers et chevaux du monde et attire pendant quatre jours plus de 40 000 spectateurs ainsi que les médias spécialisés du monde entier.

Le Haras National de Pau-Gelos

Si la reproduction des chevaux de courses, notamment, est désormais assurée par une coopérative agricole, les activités organisées au haras s’articulent autour de la valorisation patrimoniale et touristique, de la formation et de l’organisation d’évènements sportifs et culturels. Il est désormais possible de visiter ce site de 13 ha situé aux portes de Pau, inscrit aux monuments historiques, d’y organiser des séminaires, de s’y former à la sellerie, à l’ attelage et à la conduite d’élevage, ou autres. Ainsi le grand public peut-il découvrir tout au long de l’année ce lieu unique dédié au cheval.

En savoir plus

Partage

 | 

Nos autres sites