Bref historique des jardins à Pau

Crédits : Marc Heller

La proportion importante d'espaces verts et la sensibilité pour ces paysages viennent probablement de la présence de ces grands jardins royaux dès le XIVème siècle au château de Pau. Mais c'est la succession et la diversité des influences, du Moyen-Age au XXIème siècle, qui ont donné à Pau un patrimoine jardiné riche et singulier.

Voir l'image en grand Crédits : SDLM - Ville de PauDès le Moyen-Age, des jardins s'étendent au pied du château et sur le promontoire effilé qui domine le Gave au-delà du Hédas : le parc et la Basse Plante actuels, ainsi qu'un verger et des vignes au Nord du château.

A la Renaissance, les jardins sont réaménagés et étendus à la Haute Plante (place de Verdun). Les allées sont tracées avec des "fenêtres" abritées pour découvrir le paysage, les autres pièces des jardins sont agrandies et enrichies de bassins et de canaux. Au XVIème siècle, Henri IV et Catherine de Navarre importent d'Espagne des citronniers, des grenadiers, des orangers et des myrtes. A cette époque, les jardins du château de Pau étaient, disait-on, les plus beaux d'Europe.

L'apport de la villégiature

Voir l'image en grand Crédits : Archives communautaires Pau-Pyrénées

Avec l’avènement de la vogue climatique à partir des années 1840, l’agrément et l’embellissement deviennent des préoccupations majeures pour installer l’image d’une ville accueillante, possédant de nombreux espaces de nature dévolus aux loisirs. Entre les aménagements publics et la création de nombreux parcs privés, écrins de somptueuses villas, la nature entre dans l’art de faire et d’habiter la ville. Cette image de ville verte s’inscrit alors dans l’imaginaire collectif pour ne plus jamais être démentie. De cette époque, Pau conserve en héritage une grande diversité d’essences plus ou moins exotiques, dont la présence dans l’espace public contribue de façon certaine à une ambiance urbaine singulière. 

Le XXème siècle

Voir l'image en grand Crédits : Dominique Guilhamassé / Ville de Pau Les allées de MorlaàsAu XXe siècle, des « cités-jardins » sont construites dès les années 1930 jusque dans les années 1960 dans le quartier Saragosse notamment, avec une logique propre d’organisation, qui crée un paysage semi-arboré agréable. La ville paraît ainsi tissée autour d'une diversité de motifs paysagers.

Aujourd'hui Pau, c'est aussi vers le Nord les allées cavalières dites « de Morlaàs », le parkway près de l'Université, le parc en ciel, la coulée verte, la forêt de Bastard, le Domaine de Sers, sans compter d'innombrables massifs floraux et aménagements paysagers qui composent la ville.

La ville détient une véritable identité culturelle à transmettre et à valoriser : entre paysages urbains et espaces végétalisés, les jardins, allées, mails et autres alignements plantés constituent un patrimoine riche et complexe qui s’impose comme les contreforts naturels de l’identité urbaine.

Partage

 | 

Nos autres sites