Retour à la liste des actualités

Chronique de F. Bayrou et compte-rendu du Conseil municipal

Mairie | Mardi 30 septembre 2014

Retrouvez la déclaration de François Bayrou, Maire de Pau, en ouverture de la séance du Conseil municipal du 15 septembre ainsi que le compte-rendu des délibérations votées.

Voir l'image en grand Crédits : Soazig de la Moissonniere François Bayrou, Maire de PauMes chers collègues, je vous souhaite la bienvenue pour cette première séance du Conseil municipal de l'année civique, dirons-nous. Il y a l'année scolaire et l'année civique. Elles commencent toutes les deux à la rentrée, elles s'achèvent toutes les deux à l'été. Je suis heureux de vous retrouver.

Nous allons avoir une longue période de travail ensemble, marquée par plusieurs dossiers importants et par un renouvellement en profondeur de l'action municipale.

Comme vous le savez, les décisions que nous avons prises font que la réorganisation des services va avancer. Comme vous le savez aussi, nous avons fait la première désignation des architectes des Halles. 97 équipes se présentaient, ce qui est un signe d'intérêt pour le projet. 97 équipes, régionales, nationales et internationales, puisqu'il y avait même des cabinets japonais, néerlandais, italiens, espagnols et puis des candidats nationaux et des candidats locaux. Nous avons choisi avec le jury de rechercher un équilibre avec des équipes locales, des équipes nationales et des équipes même internationales, mariées à des locaux.

Nous verrons d'ici deux mois ce que sont les projets présentés par les uns et par les autres et nous ferons notre choix sur la qualité de ces projets, parce que notre ville mérite d'avoir une restructuration de qualité pour les halles qui sont un point tellement important du centre-ville.

Parallèlement, nous allons, aussi, poursuivre et réaliser des changements importants à l'intérieur de l'Hôtel de Ville. Nous allons faire que des salles, actuellement affectées à une utilisation inadaptée, deviennent utilisables.

Il y aura une redistribution des services à l'intérieur de l'Hôtel de Ville et hors de l'Hôtel de Ville. Je vais prendre un seul exemple : la salle des mariages est aujourd'hui totalement inadaptée parce qu'elle impose de monter au deuxième étage, ce qui pour l'accessibilité - et Patricia WOLFS (Conseillère municipale déléguée pour toutes les questions relevant du handicap) y veille - est naturellement très déconseillée. Donc, la salle des mariages va être déplacée, surface pour surface, sur le péristyle au rez-de-chaussée. Ce qui fera qu'après relogement des bureaux qui sont aujourd'hui affectés là, il y aura une possibilité, lorsque l'assistance sera nombreuse – aujourd'hui, dans ces cas-là, on vient organiser les mariages dans la salle du Conseil Municipal – il y aura possibilité d'ouvrir les portes sur le péristyle et on aura ainsi une faculté d'adaptation. Cela sera beaucoup mieux organisé. Je dois dire en plus, que l'on sortira du caractère intolérable du point de vue de la propreté qui est aujourd'hui celui de la salle des mariages au sein de la mairie, que chacun d'entre vous a pu vérifier et qui fait honte à ce que doit être une salle d'accueil pour des événements importants pour des Palois et qui doit avoir un minimum d'apparat, un niveau de présentation qui soit digne de notre ville. On y échappera et je dois dire qu'il n'y a pas un jour où je passe à l'intérieur de cette salle sans être désespéré de l'état qui est le sien à l'heure actuelle.

La salle des mariages au second étage sera transformée en salle de réunions. Nous essaierons de trouver des bureaux qui seront, Patricia (WOLFS), accessibles sur le péristyle, accessibles pour les élus qui doivent pouvoir les occuper et accessibles aussi pour les citoyens. Nous essaierons de faire en sorte qu'il y ait des salles de réunions. J'espère que nous pourrons trouver d'autres solutions meilleures pour les audiences que donne aujourd'hui le Consulat Portugais à Bordeaux, soit en salle des commissions, soit en salle des mariages, et le moins que l'on puisse dire est que ce n'est pas adapté à la situation.

Donc l'Hôtel de Ville, lui-même, va être mieux organisé et - j'espère que Monsieur PERNOT (Directeur Général Adjoint délégué) m'entend - nous nous sommes fixés comme objectif que, si tout va bien, l'on puisse célébrer le premier mariage de l'an 2015 dans la nouvelle salle des mariages. Alors c'est peut-être un objectif ambitieux mais sans ambition on ne fait rien, donc c'est l'idée que nous nous sommes faite de cette nouvelle organisation.

J'espère aussi que nous pourrons, dans le courant de l'année, envisager la rénovation de cette salle (du Conseil municipal) qui est une très belle salle du point de vue de ses volumes mais qui n'est pas au niveau qui devrait être le sien, si chacun baisse les yeux en direction de la moquette. Cela me rappellera des souvenirs utiles parce qu'il y a quelques années, prenant la présidence du Conseil Général, j'avais fait refaire la salle du Parlement de Navarre et je suis très heureux aujourd'hui encore de cette réfection.

Bref, le travail sur l'organisation et sur les locaux est un travail utile pour que l'on puisse ainsi accompagner le changement nécessaire pour notre ville et je serai pour ma part très heureux que les choses aillent vite.

Bien sûr, chacun a à l'esprit les défis que nous allons devoir affronter et le principal de ces défis est financier. Il est financier, non pas tant à cause de notre collectivité - je m'empresse de vous dire que l'audit financier que nous avons demandé à un cabinet réputé vous sera présenté dès l'instant que nous l'aurons entre les mains, c'est-à-dire aux environs du mois d'octobre, pour que nous ayons la dimension des défis - mais l'essentiel, tout le monde le sait, tout le monde l'a présent à l'esprit, l'essentiel est que les dotations de l'État vont être extrêmement amputées par un certain nombre de décisions dont chacun connaît le caractère inéluctable et qui vont porter une atteinte assez profonde aux dotations qui permettent à notre collectivité, soit la commune, soit la communauté d'agglomération, de vivre, investir, fonctionner comme elle fonctionnait jusqu'à maintenant. Bien sûr, je ne vais pas m'inscrire en faux contre ce qui se passe, parce que c'était prévisible et que, pour ma part, je l'avais annoncé assez souvent.

Je dois de surcroît dire que tout cet argent vient de la poche du contribuable et donc, au-delà des débats politiques que nous pouvons avoir sur le caractère inéluctable ou au contraire évitable de ces amputations, diminutions de crédits, il y a une nécessité pour notre collectivité d'affronter les mutations qui nous sont ainsi imposées. Ces mutations-là tout le monde sait qu'elles seront désormais notre lot, au moins durant la décennie qui vient et peut-être davantage, tant que nous n'aurons pas redressé la capacité de création, de production, d'invention de notre pays, tant que nous aurons le sentiment que ces forces de créativité sont prises dans un réseau de contraintes, dans une toile d'araignée qui les bloquent et qui les empêchent d'avancer.

Je suis, pour ma part, persuadé que la politique existe, qui permettra de faire que notre pays retrouve ce chemin mais, pour l'instant, les Français ne la voient pas et en tout cas les élus de toutes les collectivités locales de France voient les contraintes qui vont leur être imposées. Ces contraintes seront naturellement très importantes pour nous aussi, plus importantes que cela n'était jusqu'à maintenant prévu.

Et donc, nous allons suivre les débats budgétaires de cette rentrée avec cela à l'esprit, mais pour nous le défi est double. Il ne suffit pas seulement d'affronter ces contraintes. Il faut, en dépit de ces contraintes, faire ce que nous avons promis et faire mieux ! Ce qui jusqu'à maintenant était fait avec plus ou moins de réussite, et cela dans tous les chapitres de l'action publique. Faire mieux avec moins et le moins nous est imposé, il n'est pas choisi. Voilà, à peu près, la situation dans laquelle nous nous trouvons.

Naturellement comme citoyen, et simplement comme auditeur ou téléspectateur, chacun des Palois sait bien que c'est cela que nous allons vivre. Chacun des fonctionnaires de notre collectivité le sait aussi mais chacun, évidemment, a un sentiment brûlant des changements que cela va imposer ou des difficultés nouvelles que nous allons rencontrer.

Ces défis-là, nous allons les surmonter. Nous avons l'intention de faire ce qui est nécessaire pour que la ville se porte mieux malgré les contraintes. Nous n'allons pas renoncer aux objectifs qui étaient les nôtres, nous allons les assumer et, pour ma part, j'ai bon espoir que nous y arrivions. Oh, cela ne va pas se faire sans difficultés, tout le monde le sait, mais les difficultés sont faites pour être surmontées et nous savons, nous, à quel point la bonne gestion, l'imagination, la créativité, l'inventivité sont un des moyens de ne pas être prisonnier de ces contraintes qui sont pourtant extrêmement lourdes.

Voilà la déclaration d'optimisme que je voulais faire à l'ouverture de ce Conseil municipal et je vous renouvelle mes vœux de bonne année et de bon travail pour cette année civique 2014-2015.

Merci à tous.

François Bayrou

Consulter le compte-rendu de la séance du Conseil municipal du 15 septembre 2014

 


Conseil municipal du 15 septembre par Pau-Pyrenees

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à la liste des actualités

Partage

 | 

Nos autres sites