Retour à la liste de l'agenda

Rencontres avec l’Allemagne d’aujourd’hui

Culture

Évènement passé

Le Méliès, en partenariat avec l’institut Heinrich Mann,
propose 4 films et 3 rencontres.

Jeudi 22 janvier, à 20h15 : rencontre avec Sébastien Gayraud, enseignant en cinéma, essayiste et écrivain.
La tragédie de la mine  (Kameradschaft) de Georg Wilhelm Pabst, Allemagne (1931), 1h26, en noir et blanc, avec Ernst Busch, Alexander Granach, Fritz Kampers.
La Première Guerre mondiale vient de s’achever et en Lorraine, les mineurs se remettent à fouiller les entrailles de la Terre. De l'Allemagne voisine affluent des travailleurs poussés par la crise. Mais les blessures sont encore ouvertes, les haines vivaces. Lorsqu'un coup de grisou éclate dans une mine, des mineurs allemands secourent les mineurs français coincés. Le scénario inspiré d’un effroyable fait divers historique trouve une résonance dans la traduction du titre allemand qui signifie «camaraderie». Le film s’intéresse moins aux personnages que son message internationaliste. Un des meilleurs films de l'entre-deux guerres, mais aussi un classique du Septième Art, répertorié fort justement (en 1994 par la cinémathèque berlinoise) parmi les cent meilleurs films allemands, qui exalte l'amitié entre les peuples et les travailleurs. Pabst dédia ce film aux mineurs du monde entier.

Jeudi 22, à 16h15  et  vendredi 23, à 14h
Barbara de Christian Petzold, Allemagne (2012), 1h45, couleur (version originale sous-titrée) avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Rainer Bock.
Été 1980. Barbara est médecin dans un hôpital de Berlin-Est. Soupçonnée de vouloir passer à l'Ouest, elle est mutée dans une clinique de province, au milieu de nulle part. Barbara dévoile le mécanisme de suspicion imposé par la Stasi... Découvert en 2002 avec Contrôle d’identité, Christian Petzold (Yella, Jericho), a su imposer d’emblée un style dans l’évocation et l’exploration de son pays. Mention très spéciale pour Nina Hoss dont l’interprétation fiévreuse bouleverse.


Vendredi 23 janvier, à 20h30 : avant-première en présence du réalisateur Christian Petzold. Phoenix de Christian Petzold, Allemagne ( 2014), 1h38, en couleur (version originale sous-titrée) avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Nina Kunzendorf.
Juin 1945 : grièvement blessée, défigurée et totalement anéantie, Nelly est la seule rescapée. Toute sa famille a été exterminée. Enfin de retour chez elle à Berlin, elle doit réapprendre à vivre. Elle est accompagnée de sa fidèle amie Lene qui va tenter de l’aider à reprendre goût à la vie. À peine sortie d’une opération de reconstruction faciale, Nelly part à la recherche de son mari. Johnny, même si son amie le lui déconseille vivement. Christian Petzold dresse le portrait d’une femme qui tel un fantôme va tenter de réintégrer le monde qui l’entoure. Nous retrouvons le tandem de choc Nina Hoss (élégante et intrigante plus que jamais) et Christian Petzold qui confirme le talent qu’on lui connaît.

Dimanche 25 janvier, à 18h30 : projection suivie d’une rencontre avec Eric Caup, professeur d’histoire.
Heinrich Himmler (Der Anständige) de Vanessa Lapa, Allemagne (2014), 1h34 en couleur et N&B (version originale sous-titrée) avec Tobias Moretti, Sophie Rois, Florentin Groll.
Le 6 mai 1945, des soldats de l’armée américaine investissent la maison de Himmler. Ils y découvrent une quantité incroyable de documents, des centaines de lettres personnelles, des journaux intimes et des photos. Après 7 ans de tri et de regroupement, Vanessa Lapa a extrait ce document, esquisse de la biographie et révélation de l’état d’esprit, des plans et des secrets de cet homme qui a joué un rôle crucial dans la Solution Finale.
Le film pose avec acuité des questions essentielles : comment ce jeune bourgeois catholique, nationaliste de la classe moyenne, est-il devenu le bras droit de Hitler responsable de la mort de millions de Juifs, d’homosexuels, de Communistes et de Roms ? Comment est né son idéologie ? Comment se voyait-il et comment était-il perçu par ses proches ?

Retour à la liste de l'agenda

Partage

 | 

Partage

 | 

Nos autres sites