1er mars, journée mondiale du compliment : une spéciale dédicace à Pau et son boulevard des Pyrénées

01 mars 2021

1er mars, journée mondiale du compliment : une spéciale dédicace à Pau et son boulevard des Pyrénées

Pau, la ville paysage : à l'occasion de la journée mondiale du compliment, le 1er mars, retour sur les auteurs, poètes, artistes et autres personnalités qui ont célébré Pau et son paysage, dont le boulevard des Pyrénées.

"La journée la plus positive dans le monde"

C'est en 2003 que les Pays-Bas lancent la journée mondiale du compliment, une journée qui se veut, par ses initiateurs la "journée la plus positive du monde" : une journée dédiée à l'attention portée aux autres, car nous avons tous besoin de reconnaissance, et le compliment fait du bien. Alors aujourd'hui, voisins, collègues, familles, amis, osez le compliment !

Célébrons avec des auteurs, artistes et autres personnalités l'une des plus belles vues de Pau

"La plus belle promenade en Europe" : Forbes, professeur de philosophie naturelle, 1835.

"La plus belle vue que l'on puisse imaginer" : G Murray, aristocrate et aventurier écossais, 1835.

"Pau est la plus belle vue de terre du monde comme Naples est la plus belle vue de mer" : E Alphonse de Lamartine, poète, 1838.

"L'une des plus belles vues de France" : Stendhal, écrivain, 1838.

Pau - Boulevard des Pyrénées - 20e siècle - Cartes postales - Bibliothèque Pireneas (Pau)

"Le merveilleux panorama de Pau" : E Russel, pyrénéiste, 1902.

"L'un des plus splendides spectacles naturels que l'on puisse voir" : Á Jean-Charles Alphand, ingénieur des Ponts et Chaussée, concepteur du boulevard des Pyrénées, 1891.

"Je ne sais rien de plus doucement agréable que la suite des promenades aménagées au flanc méridional de cette ville" : Œ Maurice Barrès, écrivain et homme politique, 1903.

"Ce qui n'a pas son égal dans l'univers, ce que l'on ne se lasse jamais d'admirer, c'est le panorama incomparable de coteaux et de montagnes…" : Œ Michel De Chrouschoff, bourgeois russe résident de Pau, 1891

"Les montagnes fort hautes et couvertes de neige sont propres à faire naître dans les lointains des effets extraordinaires qui sont avantageux au peintre et agréables au spectateur" : Roger de Piles théoricien de la fin du XVIIe siècle dans les principes de la peinture de paysage.

"Il ne faut qu’un instant pour voir les nuages […] se former dans la région moyenne, se disperser comme si, dans un théâtre immense, un habile décorateur eût levé la toile" : Pierre-Henri de Valencienne, peintre et théoricien du paysage en 1799.

Pau - Boulevard des Pyrénées - 20e siècle - Cartes postales - Archives et bibliothèques Pau Béarn Pyrénées, 8FI445-2-00286

"Ce matin j’ai été sur une colline en face de Pau faire une grande vue panoramique de la vallée d’Ossau et de la chaîne ; tu ne peux t’imaginer la beauté de l’endroit où je me trouvais, et le bleu si transparent du ciel à la montagne !" : Eugène Viollet-le-Duc, en 1833 dans une lettre à son père.

"Vers midi on ne distinguait les Pyrénées qu’à quelques stries blanches à l’horizon, comme si la robe bleue du ciel éraillée par places laissait voir sa trame d’argent" : note de Victor Hugo lors de son passage à Pau en août 1843, accompagné de Juliette Drouet.

"D’où vient l’émotion qui nous saisit à la première vue lointaine d’une chaîne montagneuse ? Ce linéament d’un bleu pâle, ponctué de blanc pur, à peine différent d’un nuage, pourquoi produit-il sur nous une impression si particulière ? Souvent les illusions prennent l’aspect de la réalité ; ici, c’est l’inverse : la réalité prend l’aspect de l’illusion. […]. Rien semble-t-il ne rattache cette découpure mystérieuse au monde inférieur ; mais cette apparence de rêve garde cependant quelque chose de net, d’immuable, de définitif" : Franz Schrader, géographe et peintre natif de Bordeaux, un matin d'août 1866.