23 septembre 2019
  • Partager

800 hectares d'espaces nature au Parc urbain des Rives du Gave

Inauguré en juin 2017, le Parc naturel urbain des Rives du Gave renoue les liens entre la Ville, ses habitants et la nature à travers la préservation et l’aménagement de 800 hectares d’espaces de nature en plein cœur d’agglomération.

Un espace de loisirs pour tous

marsan4

Le Parc multiplie les cheminements doux pour faciliter la découverte de cet espace naturel méconnu tout en préservant sa biodiversité et vous invitent à randonner vers d’autres espaces. De Rontignon à Arbus, 20 km de voies vertes inscrites dans l’itinéraire départemental qui reliera à terme Lestelle-Bétharram à Bayonne ont été aménagés. Traversez le Gave par la passerelle-piétonne de Mazères-Lezons et vous pourrez rejoindre le chemin Henri IV. A L’ouest, quittez la voie pour rejoindre le chemin de Compostelle. Terrains de sports, city stade, aires de jeux et de pique-nique jalonnent votre parcours.

Traversez aussi le Parc par la voie bleue, itinéraire de randonnées nautiques proposées par le Pau Canoë Kayak Club, et découvrez un point de vue nouveau sur la ville. 

Un parc riche en biodiversité

cistude-d-europe-Donatien-Fran-ois

Les Rives du Gave forment ce qu'on appelle en Béarn une « saligue », une forêt inondable en bord de rivière, composée de bras morts et de zones humides. Son nom vient du béarnais « saliga » et du latin « salix », le saule, sa principale essence arborée. On trouve également de l'aulne, du peuplier noir, du chêne pédonculé. C'est en réalité une mosaïque de 46 habitats naturels (pairies humides, roselières...) dont 9 sont déclarés d'intérêt européen. Ces écosystèmes recèlent d'une biodiversité exceptionnelle : près de 300 espèces animales et 360 espèces végétales dont 106 espèces strictement protégées en France, voire en Europe. A ce titre, les Rives du Gave ont été inscrites au réseau des Espaces Naturels Sensibles du Département et sont classés zone Natura 2000  au titre de leur intérêt à l’échelle européenne. 

Cistude d’Europe (Emys orbicularis)

La Cistude d’Europe est l’une des deux espèces de tortues d’eau douce autochtones présentes en France. Considérée comme vulnérable, elle est protégée au niveau national et européen. Sa carapace et son corps sont sombres et ponctués de jaune. Elle prend des « bains de soleil » au bord de l’eau, sur des troncs d'arbres, sur les berges ou sur des amas de végétaux.


Pique-prune (Osmoderma eremita)

Ce coléoptère d’aspect trapu, brun-noir à reflets métalliques tient son nom de l’odeur de prune caractéristique qu’il dégage. Le Pique-prune est protégé à l’échelle nationale, mais aussi européenne car c'est l'une des espèces les plus menacées du continent. Il affectionne les forêts anciennes de feuillus, avec des arbres très âgés présentant des cavités. La préservation de cette espèce passe donc par le maintien des arbres sénescents, notamment les chênes.


Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii)

La Cordulie à corps fin est une libellule protégée dont le risque de disparition au niveau national est considéré comme important donc protégée en France mais aussi en Europe. Son corps est de couleur vert métallique et présente des tâches jaunes bien visibles au niveau de l’abdomen. Cette libellule est plutôt liée aux cours d’eau aux rives ombragées et aux eaux stagnantes d’une certaine importance (plans d’eau, étangs, lacs, etc.).


Triton marbré (Triturus marmoratus) 

Le Triton marbré est le plus grand des tritons pouvant être observé en France. Ce triton, rare au niveau du département des Pyrénées-Atlantiques, est protégé au niveau national et européen. Il est de couleur vert marbré de noir, avec une ligne dorsale de couleur orange. Il fréquente autant les milieux ouverts que les zones boisées, se reproduisant dans des grandes pièces d’eau souvent riches en végétation aquatique.


Ail des Ours (Allium ursinum)

L’Ail des ours est aussi appelé l’Ail sauvage, du fait de l’odeur caractéristique d’ail que dégagent ses feuilles quand elles sont froissées. Ses fleurs blanches s’épanouissent d’avril à juin. Cette espèce se trouve dans les sous-bois frais et humides des forêts de feuillus et le long des cours d’eau.


Scille Lis-Jacinthe (Tractema lilio-hyacinthus)

Le Scille Lis-Jacinthe, ou Jacinthe des Pyrénées, ne se trouve que dans le quart Sud-Ouest de la France. Le printemps arrivé, cette belle plante aux fleurs bleues-mauves, pousse en formant des tapis denses. Cette espèce, caractéristique des hêtraies atlantiques, affectionne aussi les sous-bois frais des chênaies, les ravins humides et les bords des ruisseaux.


Un point de vue nouveau sur la ville et la nature

Au fil des siècles, les hommes ont tenté de contrôler le cours d'eau pour se protéger des crues et l'exploiter en construisant des barrages hydroélectriques, scieries, moulins, blanchisseries, tanneries, minoteries, carrières de galets, usine, la gare... En témoigne aujourd'hui un riche patrimoine industriel, progressivement mis en valeur, à découvrir au fil de l'eau : l'usine des tramways, la cité de la Tannerie à Gelos, le lavoir Péguilhan, l'ancienne centrale hydroélectrique et ses écluses à Marsan et le quartier Rives du Gave, derrière la gare de Pau, une ancienne friche industrielle qui se transforme pour laisser la place à un nouveau quartier en cœur d'agglo.

Sur les rives, se confrontent aussi le patrimoine historique et industriel du Gave à des installations artistiques contemporaines. Les artistes et la culture investissent les berges pour offrir un nouveau regard sur l'environnement. Au détour d'un chemin, découvrez ainsi les installations d'Alix Delmas et Etienne de France.

Inspiré des Parcs naturels régionaux, le Parc Naturel Urbain est une démarche de construction collective d’un projet de développement local qui s’appuie sur les atouts patrimoniaux de territoires urbains souvent méconnus.


Démarré en 2009, il est ainsi le fruit d’une approche croisée entre diagnostics scientifiques, techniques et paysagers, regards et contributions des habitants et des usagers et d’une concertation avec les partenaires.


Le projet défini en concertation pour ce territoire s’est traduit par plusieurs choix d’aménagements. En 2012,  le groupement Signes Ouest/Artelia/Polyrythmic architectures est retenu pour dessiner les points forts du projet : la voie verte, les entrées, le pré Marsan, la signalétique. Des travaux démarrés en février 2015 par les entreprises SOGEBA et Laffitte Environnement et achevés en 2017.


Une dynamique qui se poursuit avec la définition d’une charte pour la gouvernance du Parc Naturel Urbain des Rives du Gave et la programmation de nouvelles actions de valorisation : la signalétique du site, l’aménagement d’un sentier d’interprétation à l’ouest du Parc.

150 km

C'est la distance de la voie verte, qui reliera Lestelle-Betharram à Bayonne en passant par les 20 km d’itinéraires voies vertes de l'agglomération paloise. Cette voie verte s'inscrit dans l'itinéraire de la véloroute Pyrénées Gave Adour, prévue par le plan départemental des itinéraires cyclables.

4 millions

C’est le budget consacré à l’aménagement du Parc Naturel Urbain des Rives du Gave financé à 60% par l’Europe, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques et l’Agence de l’Eau Adour Garonne.