15 octobre 2019
  • Partager

Jeudi soir les Ogres de Barback réservent « des surprises au public palois »

Les Ogres de Barback se produisent en concert au Zénith de Pau, jeudi 17 octobre à 21h15, dans le cadre des soirées Pop-Up et Eté Indé. Avant cette venue rencontre avec Sam, membre du groupe aux côtés de Fred, Mathilde et Alice.

Nom
Concert des Ogres de Barback

Adresse
Zénith de Pau, Rue Suzanne Bacarisse, Pau

Adresse email
zenith-pyrenees.com

Horaires
Jeudi 17 octobre : 19h30 ouverture des portes, 20h10 début de Head Like Foot jusqu'à 20h55, changement de plateau (20 minutes), 21h15 début du concert des Ogres pour 2h15, fin approximative 23h30.

Peut-on qualifier la carrière des Ogres de Barback d’aventure familiale ?

  • C’est un peu vrai puisque nous sommes quatre, deux frères et deux sœurs, qui jouent ensemble depuis vingt-cinq ans. Nous avons commencé par de petites animations et des reprises dans des cafés et des brocantes. Au fil du temps, des organisateurs nous ont appelés pour de vrais concerts. Nous avons alors décidé de composer nos chansons et notre aventure a démarré en sillonnant les routes. Nous ne nous sommes jamais arrêtés.

Est-ce compliqué de travailler en famille, ou pas ?

  • Ça ne nous pose pas de souci car aucun d’entre nous n’a de problème d’égo. Nous passons beaucoup de temps ensemble, sur les routes, en concerts, durant les répétitions et, en plus, dans le cadre familial. Pour autant, lors des repas de famille nous nous attachons à ne pas parler de musique. Comme nous habitons dans différents coins de France, quand on se voit, on a beaucoup de choses à se raconter et tout coule naturellement.

Votre dernier album associe chansons d’amour et chansons engagées, pourquoi ce choix ?

  • Nous l’avons voulu ainsi car depuis des années nous nous sommes inspirés d’auteurs comme Pierre Perret, Renaud, Brassens. Ces derniers chantaient parfois l’amour et à d’autres moments des chansons engagées. Pour notre part, nous nous inspirons de l’actualité et des choses qui nous énervent pour exprimer notre engagement. La chanson "Pas ma haine", née après les attentats du Bataclan, nous a été inspirée par cette phrase avant d’écrire la suite de l’histoire.

Vous êtes venus à Loudenvielle préparer votre tournée. Pourquoi ce choix de séjourner dans une vallée reculée des Pyrénées ?

  • Un choix dicté par plusieurs raisons. Déjà parce que nous aimons les Pyrénées où nous comptons plusieurs amis. Certains d’entre eux, à Loudenvielle, nous ont super-bien accueillis lors de cette résidence durant laquelle ils ont tout organisé. Pour notre part nous avons bénéficié de conditions idéales pour préparer nos spectacles. En plus nous aimons beaucoup cette vallée. Aussi nous n’avons pas boudé notre plaisir à faire quelques balades et un peu de balnéo. Nous étions hébergés dans un bungalow tout proche, c’était presque des vacances.

C’est la troisième fois que vous venez à Pau, la deuxième au Zénith, appréciez-vous cet endroit ?

  • Les Zéniths ne sont effectivement pas dans nos habitudes. En revanche la taille du Zénith de Pau dans sa petite configuration nous correspond bien. Notre premier concert, il y a une dizaine d’années s’est très bien passé. Nous en avons gardé un très bon souvenir. Nous sommes revenus à Pau, il y a deux ans dans le cadre du festival Hestiv’oc car on jouait à l’époque avec un groupe occitan.

Que pensez-vous des Pyrénées et du public palois ?

  • Nous apprécions beaucoup les Pyrénées et nous y venons le plus souvent possible. La gastronomie y est excellente et la douceur de vivre incomparable. Le public palois est très dynamique. Lors de notre concert du jeudi 17 octobre, nous réservons à ce public quelques surprises. Au-delà de nous quatre, des invités monteront sur scène. Je ne peux vous en dire plus, sinon ce ne seraient plus des surprises.

Les soirées Pop Up se déploient au Zénith