11 septembre 2020
  • Partager

Focus sur la street photography

La street photography constitue l'un des éléments du festival Franchir les Murs.

Les villes se transforment sous nos yeux et les photographes sont témoins privilégiés de ces évolutions, de ces traversées.

Nous n'avons jamais reçu meilleur conseil que celui que donnait la photographe Walker Evans : 

"Observez, c'est le moyen d'éduquer votre oeil, et bien d'autres choses. Observez, furetez, écoutez, surprenez."

Durant les années 30 et 40, le terme "photographe de rue" désignait quelqu'un qui proposait, le plus souvent à des touristes, de les photographier moyennant rétribution. Une courte pose, un éclair de magnésium, et l'affaire était conclue. Mais les choses ont bien changée depuis. 

Presque un siècle plus tard, il fait son miel des possibilités poétiques qu'un esprit curieux et un appareil photo peuvent faire surgir de la vie quotidienne. Les streets photographers transforment le commun et le familier en quelque chose de mythique et même d'héroïque. Avant que l'obturateur ne se déclenche, ils observent, ils furètent, ils écoutent, ils surprennent et, ce faisant, ils nous tendent un miroir dans lequel se reflète la société que nous construisons. A une époque où de moins en moins d'images donnent une représentation honnête de la vie réelle, leur clichés sont plus essentiels que jamais.

"Photographier en public me garde en éveil et à l'écoute. Je suis toujours en train d'observer autour de moi, dans la fascination de ce dont les humains sont capables." Melanie Einzig