24 novembre 2019
  • Partager

Les Idées mènent le Monde : le programme du dimanche 24 novembre

Le troisième jour des Rencontres Littéraires Les Idées mènent le Monde débute à 10h30 au Palais Beaumont.

Nom
Rencontres Littéraires Les Idées mènent le Monde, le programme, dimanche

Adresse
Palais Beaumont

Fabienne Chauvière et Paule Constant, toutes deux souffrantes, ne peuvent pas tenir les Rencontres prévues ce dimanche. Toutes les personnes en possession d'un billet pour l'une ou l'autre de ces conférences peuvent se présenter à la billetterie au Palais Beaumont où une autre Rencontre leur sera proposée.

Retransmission des Rencontres Littéraires. Toutes les rencontres des invités sont retransmises en direct vidéo : salle Monpezat en rez-de-jardin du Palais Beaumont pour les Rencontres qui se déroulent dans l'Auditorium de Vigny ou Salle Casino, dans un espace dédié dans le prolongement de la salle des Rencontres.

Nathalie Sarthou-Lajus, dimanche 10h30 Salle Casino

Nathalie-SARTHOU-LAJUS

"Peut-on croire à l’amour ?"

Philosophe et rédactrice adjointe en chef de la revue Études, Nathalie Sarthou-Lajus vient porter son regard sur l’amour, "cette expérience de dépossession de soi qui chamboule nos habitudes de vie, entre vertige et joie". Alors que la vie familiale et de couple connaît de grands bouleversements, la philosophe continue de croire en l’amour qu’elle traduit comme une "attention et un souci de l’autre" mais qui passe d’abord par une conquête de soi. Un hymne à l’amour sans pareil pour une question universelle qu’elle investit dans son livre. Son approche, sa pudeur et sa bienveillance ne laisseront personne indifférent.

Maurice Daumas, dimanche 10h30 Auditorium Lamartine

UPPA-Maurice-Daumas

« Je crois en Dieue. L’Église et l’égalité des sexes. »

Professeur émérite d’histoire moderne, co-directeur du programme de recherche "Misogynie" à l’université de Pau. Dans l’Église catholique, les femmes sont écartées du pouvoir, qui ne peut être exercé que par ceux qui ont accès à l’ordination : les hommes. Comment l’Église peut-elle aller impunément à l’encontre de l’égalité des sexes, qui est aujourd’hui un droit fondamental de la personne ?

Marcel Amont, dimanche 11h Auditorium de Vigny

Marcel-AMONT-0

"Coulisses d’une vie"

Monté à Paris dans les années 1950, Marcel Amont connaît le succès avec des chansons comme Bleu, blanc, blond, Le Mexicain, écrite par Charles Aznavour, L’amour ça fait passer le temps ou Le chapeau de Mireille, écrites par Georges Brassens. Béarnais, il a également composé plusieurs albums mettant en valeur des auteurs classiques de la littérature béarnaise et gasconne. À 90 ans, il est toujours sur scène, en tournée avec le spectacle Marcel raconte et chante Amont.

Christian Thibon, dimanche 12h Auditorium Lamartine

UPPA-christian-thibon

"Rwanda, Burundi, RDC Kivu au lendemain de génocides et crimes de masse, que croire encore entre mémoires, oubli et pardon ?"

Professeur émérite de l’UPPA, agrégé d’histoire. La question du pardon est au coeur des sorties de crise dans la Région de Grands Lacs. Au regard de leur histoire immédiate, comment ces sociétés confrontées à des crimes de masse, et plus encore à des génocides perçus comme irréparables, peuvent–elles pardonner, peuvent-elles autant demander le pardon que donner le pardon, sans que l’ordre du pardon n’entache ni l’ordre de la justice, ni celui de la mémoire et de la vérité, encore moins inaugurer une amnésie.

Bernard Kouchner, dimanche 12h30 Auditorium de Vigny

Bernard-KOUCHNER

"ONG : une épopée fragile"

Médecin, il milite dès ses études pour l’action humanitaire et le droit d’ingérence. Plusieurs fois secrétaire d’État et ministre, il devient Haut représentant du Secrétariat général de l’ONU au Kosovo de 1999 à 2001, puis ministre des Affaires étrangères et européennes de 2007 à 2010.

Didier Kassabi, dimanche 13h30 Salle Casino

Didier-KASSABI

"En quoi croire encore ?"

Rabbin de Boulogne-Billancourt depuis 2013, Didier Kassabi nous fera part de ses sentiments les plus profonds. Quelle espérance l’anime ? Quels principes moraux le guident ? Que dit la tradition juive ? Peu de personnes peuvent parler de religion, des religions, de l’histoire des idées et des peuples comme lui. Energique et passionné, lumineux et grand érudit, il est l’invité régulier de la radio et de la télévision lorsque les croyances sont en question.

Françoise des Boscs, dimanche 14h Auditorium Lamartine

UPPA-f

"En quoi croire encore au IVe s. ap. J.-C ? L’itinéraire humain et spirituel d’un Romain d’Afrique du Nord : Saint Augustin ?"

Maître de conférences d’histoire romaine, agrégée d’histoire, elle a travaillé sur l’intégration des élites provinciales dans les cercles du pouvoir romain.

Au IVe siècle, la religion traditionnelle et païenne des Romains est encore vivace, mais elle est bousculée par de nombreuses croyances venues de l’Orient qui la concurrencent. L’Afrique du Nord, avec le grand port de Carthage, est ouverte à beaucoup de ces influences et c’est dans ce creuset que s’est formé le jeune Augustin. Quelles aspirations, quelles attentes l’ont conduit à délaisser les dieux de ses pères ?

Tahar Ben Jelloun, dimanche 14h30 Auditorium de Vigny

Tahar-BEN-JELLOUN

"Croire en l’amitié"

Amis à la vie à la mort. L’amitié, il en fait l’éloge telle une religion sans diable. Auteur francophone le plus traduit dans le monde et prix Goncourt en 1987 pour "La Nuit sacrée", Tahar Ben Jelloun a publié une cinquantaine de romans. Penser à l’autre, savoir être présent quand il le faut, avoir les mots et les gestes qu’il faut, faire preuve de constance dans la fidélité, c’est cela l’amitié, et c’est rare. Comme son propos.

Isabelle Moretti, dimanche 15h30 Auditorium Lamartine

UPPA-isabelle-Moreti

"Le XXIe siècle est-il celui de la parole des experts ou celui des fake news ?"

Géoscientiste, ancienne directrice scientifique d’Engie, membre de l’académie des technologies. L’accès à l’information est facilité par les nouvelles technologies mais qu’en est-il de l’accès au savoir ? L’immédiateté excuse-t-elle la propagation d’informations erronées ? Où se situe la limite entre l’erreur et la volonté de tromper ?

Catherine Kintzler, dimanche 16h Auditorium de Vigny

Catherine-KINTZLER

"Engagement pour la laïcité"

Agrégée de philosophie, docteur d’État en philosophie, professeur émérite à l’université Lille III. Lorsque son

nom apparaît, il y a fort à parier qu’il est associé au terme "laïcité". Elle en est la spécialiste, consciente de la pluralité de définitions et de perceptions. Elle en est la farouche défenseur au même titre qu’elle reconnait l’existence des croyances. C’est pourquoi, elle est très demandée pour tenir conférences, colloques et autres collaborations sur le sujet. En bonne pédagogue qu’elle est, elle vient livrer ses définitions de la laïcité sur une terre de rugby qui est son autre passion.

Marc Bélit, dimanche 16h30 Salle Casino

Marc-BELIT

Marc Bélit, philosophe, homme de théâtre, chroniqueur, essayiste et romancier, et Véronique Meynard, présentent : 

"A la recherche de l’Argentina"

Une lecture à deux voix et en support d’images sur l’itinéraire d’une femme de théâtre argentine qui au siècle dernier a voulu croire au théâtre autant qu’à l’amour et dont la vie fut le roman.

Jacky Cresson, dimanche 17h Auditorium Lamartine

UPPA-Jacky-Cresson

"Le monde est mathématique".

Professeur en mathématiques au Laboratoire de mathématiques et leurs applications, UMR CNRS 5142, UPPA.

D’après Galilée, le langage de la nature est celui des mathématiques. Cette vision a porté la plupart des développements scientifiques et conduit à écrire une équation régissant le destin de l’univers. Quelles sont les limites de cette

approche ? Est-elle encore d’actualité aujourd’hui dans des domaines aussi divers que ceux de la compréhension du monde vivant ou de la société ?

Gérard Mourou, dimanche 17h30 Auditorium de Vigny

G-rard-MOUROU

"Les secrets de la lumière extrême"

Physicien au parcours lumineux et au discours éclairant, Gérard Mourou est le co-inventeur d’une technique d’amplification par dérive de fréquence permettant entre autres applications de corriger la myopie via le laser.

C’est donc tout naturellement que la fondation Nobel lui décerne le Prix de physique en 2018 pour ses travaux sur la maîtrise du laser et de la lumière. Et les perspectives sont nombreuses tant dans le domaine médical,

environnemental ou de la physique nucléaire. Il vient nous les expliquer tel un phare qui nous mène vers les lendemains radieux que son invention contribuera à illuminer.