27 novembre 2019
  • Partager

Les médiathèques animent des ateliers pour les 4-10 ans

Jeux, livres et albums, BD, vidéo, tout est prétexte à faire grandir l'enfant, en lui permettant de mieux se connaître et d'appréhender le monde.

Les professionnels du réseau des médiathèques proposent de nombreuses activités à destination des enfants et de leurs parents. Durant les trois jours des Idées mènent le Monde au Palais Beaumont, ils ont découvert les ateliers Mosaïk, philosophiques ou d'éloquence, mais aussi des pauses lectures pour les 4-10 ans : autant d'occasion de susciter échanges et partage.

Qu'il s'agisse de jeux de société plus traditionnels ou collaboratifs sur tablette dans l'esprit des escape games, de sensibilisation artistique amenant vers l'éveil culturel ou encore la lecture d'albums jeunesse, l'important est de passer du temps avec son enfant. « L'atelier Mosaïk, par exemple, part du Rubik's cube, un objet familier des parents qui l'ont découvert dans leur jeunesse, pour amener les enfants à se familiariser avec le street-art ».  

Aider à grandir

Il en est de même avec les jeux vidéos car même si l'on incite les parents à rester vigilants sur l'usage des écrans, on ne peut occulter qu'il s'agit aujourd'hui d'une pratique culturelle largement accessible à tous, au sein même des foyers. « Proposer des animations autour du numérique, c'est sensibiliser à la réalité virtuelle, aux nouvelles technologies... c'est permettre de s'enrichir et de créer des passerelles, l'objectif étant d'accéder à la culture la plus large possible ».

Jeux, livres et albums, BD, vidéo,tout est prétexte à faire grandir l'enfant, en lui permettant de mieux se connaître et d'appréhender le monde.

Lors des pauses-lectures, les bibliothécaires proposent 3 à 4 albums sur une même thématique. « Nous ne sommes pas des conteurs mais des lecteurs/prescripteurs. Nous nous adaptons au public en permanence et sommes à l'écoute des besoins que nous sentons émerger. En tant que professionnels, l'oralité de la lecture est très importante : nous transmettons nos propres émotions et notre subjectivité ».

Apprendre à se connaître

Dans les albums jeunesse l'importance des mots est aujourd'hui égalée par le graphisme. Les bibliothécaires sont très attachés à l'éveil de l'art visuel et à un équilibre entre le texte et l'image. « La qualité des interactions entre les illustrations et les mots permet d'aborder les questions taboues ou difficiles à appréhender : la mort, la vie, le deuil... ».

Au-delà des grandes questions que chaque enfant se pose, la lecture c'est aussi l'occasion de mieux se connaître, de grandir tout simplement.

Colère, tristesse, joie, jalousie... les enfants doivent apprendre à composer avec toutes sortes d'émotions. Celles-ci entraînent parfois des manifestations physiques et psychologiques que l'on peut facilement expliquer. Il sera ainsi plus simple de parler des sentiments, amour, confiance, bonheur qui naissent de leurs émotions, car lorsque l'enfant comprend les émotions, il comprend mieux le monde qui l'entoure.

« Le livre est un formidable support. Il permet d'éveiller la curiosité, d'aiguiser le sens critique. En tant que professionnels, nous apportons un nouvel éclairage en présentant des collections peu connues qui traitent pourtant de sujets traditionnels. Même si les grands classiques jeunesse traversent les âges comme Jules Verne ou les 'Martine', il n'y a pas de bonne ou de mauvaise lecture ».

Ainsi, l'éveil culturel se nourrit-il de ces lectures croisées. Plus largement, prendre du temps pour partager ces moments, c'est rendre nos enfants autonomes, développer leur esprit critique, c'est finalement former les adultes de demain.