29 novembre 2019
  • Partager

Les Rencontres Littéraires de dimanche en vidéos

Les Rencontres Littéraires de dimanche en vidéos. A voir aussi celles de vendredi et de samedi.

Nathalie Sarthou-Lajus

« Peut-on croire à l'amour ? »

L'exercice de la disputation comme moyen civique pour se mettre à la place de ceux qui ne pensent pas comme nous, qui n'aiment pas comme nous, c'est un pas pour aller vers l'autre, et faire une place à la différence.

Bernard Kouchner

« ONG : une épopée fragile »

Médecin de carrière et fondateur d'organisations humanitaires, Bernard Kouchner veut croire encore en l'homme et en l'avenir.

Didier Kassabi

« En quoi croire encore ? »

Didier Kassabi, Rabbin de Boulogne-Billancourt, le dit à ses fidèles : le judaïsme n'est pas une religion, c'est un mode de vie qui respecte la loi, le projet divin pour l'humanité dans lequel tout le monde va à la rencontre de tout le monde dans une formidable diversité. Et il s'explique après avoir rappelé la définition du terme croyance en hébreu. 

Tahar Ben Jelloun

« Croire en l'amitié »

Tahar Ben Jelloun, membre de l’Académie Goncourt, il redonne voix et dignité aux laissés-pour compte par la magie de ses mots. Peuvent-ils faire bouger les choses ? Y croit-il encore ?

Catherine Kintzler

« Engagement pour la laïcité »

L’agrégée de philosophie croit au pouvoir unificateur de la déliaison pour une meilleure association politique. Elle donne une vision de la laïcité qui s'inscrit dans la vie de la cité et toutes ses composantes. 

Marc Bélit

« A la recherche de l\\'Argentina »

Président de la scène nationale Le Parvis Tarbes, Marc Bélit porte les couleurs du spectacle vivant. Le théâtre fait partie intégrante de sa vie et de son dernier roman L’Argentina.

Gérard Mourou

« Les secrets de la lumière extrême »

Avec l'humilité et la passion qui le caractérise, Gérard Mourou nous explique son travail sur le laser qui lui a permis d'obtenir le prix Nobel de physique 2018, et les applications pour la planète qu'il souhaite voir se concrétiser à l'avenir.

Jacky Cresson

« Le monde est mathématique »

Professeur en mathématiques au Laboratoire de mathématiques et leurs applications, UMR CNRS 5142, UPPA.

D’après Galilée, le langage de la nature est celui des mathématiques. Cette vision a porté la plupart des développements scientifiques et conduit à écrire une équation régissant le destin de l’univers. Quelles sont les limites de cette approche ? Est-elle encore d’actualité aujourd’hui dans des domaines aussi divers que ceux de la compréhension du monde vivant ou de la société ?