21 novembre 2019
  • Partager

Lutte contre les violences faites aux femmes : l'Agglo concernée !

Aujourd’hui en France, 1 femme décède tous les 2 ou 3 jours sous les coups de son compagnon ou ex compagnon. Dans un cas sur trois elle avait précédemment porté plainte contre ce dernier. L'Agglomération Pau Béarn Pyrénées intensifie sa mobilisation et devient un échelon essentiel dans la lutte contre les violences sexistes.

Une préoccupation locale prioritaire

La perspective de la signature du contrat local de lutte contre les violences sexistes et sexuelles doit ainsi conduire à revitaliser les instances de coordination déjà prévues par la stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance.

A cet effet, la Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées peut jouer pleinement son rôle de facilitateur, aux cotés de l’Etat, pour proposer à l’ensemble des partenaires impliqués dans le cadre du Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance :

  • De mieux appréhender et quantifier les phénomènes de violence envers les femmes, dans leur diversité.
  • De renforcer l’interconnaissance et clarifier le « qui fait quoi » dans la chaîne d’accompagnement des victimes.
  • De réaliser un état des lieux croisé des besoins et des actions déjà menées dans l’agglomération.
  • D’identifier conjointement les actions nouvelles et les actions devant être renforcées.
  • De renforcer la coordination et la mise en réseau.

La Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées peut renforcer son rôle d’appui aux communes de l’agglomération à travers un plan global d’actions :

  • Sensibilisation, information, communication auprès du grand public, des scolaires, de la petite enfance, du milieu sportif.
  • Lancement d’une démarche de formation pluridisciplinaires et inter partenariales.
  • Soutien aux acteurs associatifs impliqués dans la lutte contre les Violences intrafamiliales (VIF).
  • Mise en place de solutions d’hébergement coordonnées pour les femmes victimes.
  • Animation du réseau et des référents VIF du territoire.

En un an : 272 plaintes dans l'Agglomération

Le Département des Pyrénées Atlantiques et l'Agglomération paloise ne sont pas moins concernés par les situations de violences faites aux femmes. Entre septembre 2018 et août 2019 :

  • 500 situations ont été signalées au commissariat de police
  • 272 ont fait l'objet de plaintes.

Sur la totalité de ces plaintes, 40% ont donné lieu à des poursuites pénales, les autres à des alternatives aux poursuites.

En 2018, 300 femmes majoritairement avec enfants étaient accompagnées par des associations.

La Préfecture des Pyrénées Atlantiques a saisi le Président du Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD) de la Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées pour lui proposer de s’engager dans la mise en œuvre d’un contrat local sur les violences sexistes et sexuelles.

Cette démarche rejoint une préoccupation prioritaire et une mobilisation déjà ancienne des communes de l’Agglomération. Elle s’inscrit désormais dans un contexte de mobilisation nationale et locale compte tenu de l’ampleur et la multiplicité des violences dont les femmes sont les premières victimes, dans la sphère privée et publique.

Une mobilisation sans précédent

Face à cette situation, le label de grande cause nationale attribué à la lutte contre les Violences faites aux femmes a permis une mobilisation sans précédent.

Au niveau national :

  • La création de la plateforme de signalement en ligne et le renforcement du 3919.
  • La création de 5000 places d’hébergement dédiées aux femmes victimes de violence.
  • Le renforcement de l’arsenal judiciaire pour protéger les victimes.
  • L’ouverture de 10 centres d’accueil spécialisés dans la prise en charge du psycho-traumatisme.
  • Des campagnes de communication et de sensibilisation.
  • Le renforcement de la coordination des acteurs à travers notamment les contrats locaux contre les violences et la mise en place de comités locaux d’aide aux victimes.

Le Grenelle national contre les violences conjugales a permis de réaffirmer les grandes priorités que sont :

  • La protection des femmes victimes en les mettant à l’abri et en les éloignant réellement de leurs agresseurs.
  • Une protection garantie aux femmes victimes de violences tout au long de la chaîne pénale.
  • La protection de la mère et de ses enfants en limitant l’exercice de l'autorité parentale du père violent.

Le Livre blanc de la délégation aux droits des femmes portant sur la lutte contre les violences conjugales, adopté le 6 novembre dernier, formule de nouvelles recommandations pour prévenir les violences, détecter les situations, sécuriser les prises en charges urgentes, accompagner les victimes et prendre en charge les auteurs.

Au niveau local, le Grenelle territorial du 12 septembre 2019 a permis de mettre l’accent sur plusieurs priorités :

  • Renforcer et animer le réseau d’acteurs locaux en vue d’adopter une approche globale. C’est l’ambition des contrats locaux sur les violences sexistes et sexuelles.
  • Renforcer les efforts de formation et de sensibilisation.
  • Associer davantage les acteurs du monde du travail.
  • Mettre l’accent sur le soutien à la parentalité