03 juin 2020
  • Partager

Mémoire(s) de confinement : la collecte de témoignages continue

Lancé fin avril 2020 par le service communautaire des archives, "Mémoire(s) de confinement" collecte vos témoignages sur ce quotidien exceptionnel qu’a été le confinement.

Nom
Mémoire(s) de confinenement, la collecte de témoignage continue

Adresse
Usine des Tramways, Pont Lalanne, Pau, France

Téléphone
05 59 98 78 23

Adresse email
patrimoines@agglo-pau.fr

Les archives communautaires continuent leur collecte de témoignage, écrit ou photographique, panel de sources complet sur ces événements qui serviront aux historiens et chercheurs qui demain en feront l’histoire.

Une série de photographies, "Solitaires en liberté", prise au hasard des rues de Pau entre le 2 avril et le 8 mai 2020 entre 14h et 16h, vient enrichir cette collecte.

Le photographe, Jean-Claude Kitten s'est intéressé à celle et ceux qui durant cette période exceptionnelle ont mis leur corps en mouvement, aux comportement de chacun, mais aussi à l'absence humaine dans les quartiers, généralement fréquentés, du centre ville. Ces observations l'ont amenés à faire une petite chronologie des typologies des personnes rencontrées pendant le confinement.

"Les 2, 3, 4 avril, les espaces, les rues, places, attirèrent plus souvent mon attention et mon désir de "conserver" l'étrange spectacle de l'absence d'humains."

"A partir du 5 avril, je cherche le regard de celles et ceux que je croise. Plusieurs photos prises à la volée déclenchent de multiples interrogations : vers où court-elle ? A qui pense-t-elle en fixant le lointain ? A quelques exceptions près mes rencontres étaient souvent féminines, alors pourquoi ?"

"Cette seconde séquence dure à peu près jusqu'au 8 mai. Les rue s'animent avec maintenant Monsieur et son chien, plusieurs personnes à quelques mètres qui marchent à bonne allure, des cyclistes, des patineurs."

"Vers la deuxième quinzaine d'avril et début mai, plus souvent : elle et elle, elle et lui, elle lui et le chien, mais aussi les enfants."

"Surprenant toutefois ces couples qui circulent l'un devant l'autre, en retrait ou bien côte à côte mais semblent séparés par un rayon magique."

"Nous voilà en mai, il fait beau, ils et elles sont là en couleurs. Les cyclistes sont plus présents mais aussi les personnes plus actives : achats dans le sac, arrêt au distributeur de billets et souvent le smatphone à l'oreille. J'ai l'impression que la vie sociale revient."

Extrait de " Solitaires en liberté "

8 photos