29 octobre 2020
  • Partager

Petites histoires de la mort #3 : le Hédas, quartier du bourreau

A l’occasion de la Toussaint, il est de tradition de se rendre au cimetière pour fleurir les tombes et commémorer les défunts. Pourtant dans l’histoire paloise, la mort ne se limite pas aux cimetières. Elle est en réalité partout dans notre environnement quotidien. Lieux de sépultures oubliés ou d’exécutions aujourd’hui méconnus, ils illustrent des mentalités, des pratiques qui paraissent aujourd’hui parfois barbares sinon étonnantes. Ces lieux publics, connus de tous, demeurent les témoins de l’expression de formes de justices violentes Dernier épisode.

Nom
Petites histoires de la mort #3 : Le Hédas, quartier du bourreau

Adresse
Usine des Tramways, Pont Lalanne, Pau, France

Téléphone
05 59 98 78 23

Le bourreau de Pau possède un logement de "fonction" dans le quartier populaire du Hédas. Traditionnellement vêtu de rouge, il est reconnu par tous. Peu apprécié par ses contemporains, l’exercice de son métier n’est pas de tout repos comme en témoigne cette plainte enregistrée au parlement de Navarre en 1660.

Marie Poussine, belle-mère du bourreau, y réclame réparation suite à une exécution qui a mal tourné. En effet, la potence s’est effondrée en raison de la mauvaise qualité du bois. Non seulement le bourreau a été blessé mais le public aurait tenté de l’assommer le tenant pour responsable de ce fiasco.

?Le charpentier est alors condamné à verser trente livres au bourreau pour réparer le préjudice !

Tous les