04 avril 2020
  • Partager

Victor Galos

Chaque jour, dans sa lutte contre le coronavirus et dans son désir de vous aider à vivre au mieux le confinement, le musée des Beaux-Arts de Pau propose un focus sur une œuvre. Aujourd'hui " Gelos et la chaine des Pyrénées " de Victor Galos.

Nom
Le musée des Beaux-Arts propose 1 jour - 1 œuvre : aujourd'hui Victor Galos

Tarifs
gratuit

Victor Galos ( Pau, 1828 -1879 )

" Gelos et la chaine des Pyrénées " - 1862 - huile sur toile, H : 47 X L : 72 cm

GALOS-889

La chaîne des Pyrénées, massif rectiligne qui s'étire d'Est en Ouest, offre en de multiples points un somptueux panorama, et la ville de Pau, posée sur un belvédère qui s'ouvre sur plusieurs vallées, jouit d'une situation géographique exceptionnelle que Victor Galos a abondamment exploitée dans son œuvre.

L'artiste, qui n'a quasiment pas quitté le Béarn et la Bigorre, excepté lorsqu'il s'est rendu quelques semaines à Paris, où par ailleurs il a présenté deux œuvres au salon de 1859, est assurément celui qui à le mieux représenté les Pyrénées Occidentales. Palois de naissance, Galos laisse un œuvre exclusivement dédiée aux paysages et aux coutumes de sa région.

A la manière de ses contemporains de Barbizon, qu'il n'a que très peu fréquentés (sa notoriété eu été différente s’il avait fait quelques paysages en forêt de Fontainebleau), à peine a-t-il côtoyé Narcisse Diaz en 1855 lorsque celui-ci a séjourné dans la capitale béarnaise, Galos s'est attaché à restituer la nature et le quotidien d'humbles travailleurs béarnais.

Artiste principalement autodidacte, il a reçu néanmoins quelques enseignements d'Eugène Devéria mais ne fut nullement influencé par ce peintre d'histoire pour qui le paysage occupait modérément ses compositions.

Ce tableau, peint en 1862, se hisse aisément au rang des grands paysages réalistes de cette période. La lumière, parfaitement maîtrisée, restitue admirablement ces fins d'après-midi où le soleil, déjà déclinant, allonge les ombres et vient réfléchir ses rayons sur les pentes enneigées des sommets.

Au pied du Coteau, dans ce que l’on nomme la " Vallée Heureuse ", on distingue le village de Gelos autour de son église Saint-Michel et, légèrement excentré, l'imposant Château Duplaa, bâtisse du XVIII siècle qui désormais accueille les haras nationaux.

Le Pic du Midi d'Ossau, élément central de l'œuvre, le Gave de Pau (où Galos a souvent peint des lavandières) qui traverse la composition et les vaches au premier plan donnent à ce paysage un caractère parfaitement représentatif du Béarn.

Notice réalisée par DV

Les œuvres à découvrir

Visite virtuelle du Musée des Beaux-Arts avec zoom sur les oeuvres