Crédits : Soazig de la Moissonnière / Ville de Pau

Retour à la liste des actualités

Disnovation, quand le futur déchante

Culture | Mardi 7 octobre 2014

Évènement passé

Proposée par l'association Accès)s(, l'exposition Disnovation ouvre ce soir la saison de la grande galerie du Bel Ordinaire et aura pour point d'orgue le festival de cultures électroniques en novembre.

Voir l'image en grand Crédits : Soazig de la Moissonnière / Ville de Pau L'équipe de Disnovation sur Turtle 1. Bertrand Grimault est au volant. Nicolas Maigret est assis tout à gauche sur le capot, au coté de Pauline Chasseriaud, directrice d'Accès)s(Dis-novation, comme des-enchanter, dis-séquer, dis-qualifier un dis-cours dominant et globalisé. La vingtaine d'œuvres présentées cette automne développe un regard dissident, critique ou analytique sur une possible propagande de l'innovation, à l'œuvre dans nos sociétés modernes. « Ce postulat de départ assez fort est peut-être le plus frontal qu'ait connu Accès)s(, explique l'artiste Nicolas Maigret, commissaire d'exposition avec Bertrand Grimault. Ce n'est pas un discours contre l'innovation mais contre sa rhétorique, cet appel constant au solutionisme technologique qui nous vend tout comme un progrès. Ces questions universelles sont au cœur de ce qui bouleverse nos quotidiens et nos sociétés.  »

L'exposition pointe du doigt un déclassement de plus en plus rapide des innovations et des concepts au nom d'une vitalité économique immédiate. « Par exemple quand la dernière version de votre smartphone rejète la précédente dans le passéisme sans apporter de réels changements », illustre Bertrand Grimault, qui dirige l'association de promotion des arts visuels et sonores Monoquini à Bordeaux. Alors que Hoover contre Kaïsu de Sloan Leblanc, met en scène un duel d'aspirateurs de marques concurrentes, Clémence de la Tour du Pin diffuse dans les galeries l'odeur du neuf avec Computer store original.

De multiples sous-thématiques

Voir l'image en grandL'exposition s'ouvre sur une vidéo de l'Ampoule centenaire de Livermore, qui brille depuis 1901 sans discontinuer parce qu'elle a été inventée avant l'instauration de l'obsolescence programmée. Ironie de l'histoire, les webcams qui la filment depuis quelques années dépérissent tour à tour.

Are you Human? souligne l'absurdité d'un captcha, cette procédure sur internet pour vérifier que nous sommes humains. What shall we do next ? de Julien Prévieux nous apprend que de multiples brevets ont été déposés sur des gestes à effectuer sur des objets qui n'existent pas encore. Le même artiste aborde l'asservissement à l'ordinateur dans Anomalie construites, une oeuvre-témoignage qui démontre comment un géant d'Internet exploite des hordes d'amateurs pour produire des contenus. The algorithmic trading show montre l'horreur de ces programmes informatiques qui réalisent 80% des transactions boursières aujourd'hui et s'emballent parfois jusqu'au flashcrash.

Semer le doute

L'apologie de la nouveauté et du progrès ne serait pas seulement l'œuvre du politique et des industriels, mais serait une véritable idéologie qui draine tous les domaines, y compris les artistes... et les festivals de culture électroniques ! Future events rassemble de manière ludique sur une frise chronologique les événements d'ouvrages d'anticipation et la réalité, tandis que Terminator studies relève les occurrences entre le scénario du film et les études en robotique. « On souhaitait ouvrir le champ de la réflexion pour amener le doute sur ce discours monolithique où chaque individu est à la fois la cible et le relais » commente Bertrand Grimault.

Enfin dans Grand troc Chili de Nicolas Floc'h ou Turtle 1 de Set up shop, l'exposition laisse une place à ceux qui sont atteints par la propagande de l'innovation et qui sont toutefois à la marge, du Chili au Ghana.

Un temps événementiel

Le festival Accès)s( à proprement parler se tiendra pendant l'exposition, du 13 au 16 novembre « En parallèle à l'expo, nous avons décidé d'avoir un festival très court et intense qui concentre la moitié des choses à voir, explique Nicolas Maigret. Il y aura beaucoup de croisements avec des conférences, des concerts, des performances, des projections au Méliès, des ateliers, une exposition temporaire supplémentaire, un espace documentaire »....

L'air de rien, voilà un festival qui innove ! 

> Plus sur Disnovation et le 14e festival Accès)s( dans l'agenda et sur http://festival.acces-s.org/

Banque de ressources http://disnovation.tumblr.com

Gratuit. Du 8 octobre au 6 décembre au Bel Ordinaire.
Du mercredi au samedi, de 15h à 19h

Visites guidées : sam. 18/10, 8 et 29 /11 à 16h

Le Bel Ordinaire est l'espace d'art contemporain de la Communauté d'agglomération Pau-Pyrénées

Retour à la liste des actualités

Partage

 | 

Nos autres sites