Retour à la liste des actualités

Éric Deguil kayakiste de l'extrême

Sport | Mardi 18 juin 2013

Évènement passé

Vainqueur de la Coupe du Monde de kayak extrême en 2011 et 2012, Éric Deguil, 31 ans, a toujours le feu sacré. Il espère réaliser la passe de trois en 2013, tout en prenant du plaisir sur des eaux tumultueuses et tourbillonnantes.

Éric Deguil est tombé dans un canoë tout gamin. A dix mois à peine, son père adepte de la discipline, l'amenait naviguer sous le pont du Gard, à deux pas de Nîmes, sa ville natale. Cette passion chevillée au corps le pousse adolescent à multiplier les sorties sur les rivières des Cévennes. Très vite, il affiche de belles aptitudes. Son ascension spectaculaire le conduit en équipe de France jeune, puis senior. En 2000, il s'installe à Pau pour concilier des études d'ébéniste et son entraînement intensif. Il participe à plusieurs manches de Coupe du monde, aux sélections nationales et aux championnats de France. Face à lui, se dresse un monument de la discipline, Tony Estanguet. Éric gagneur dans l'âme, ne se décourage pas et l'affronte avec courage. Il se forge même quelques bons souvenirs à ses côtés, notamment lors de la finale du championnat de France 2006, à Bourg-Saint-Maurice.

Plaisir indescriptible

En 2007, il vit en revanche sa non-sélection aux mondiaux comme une grande frustration. « A partir de ce moment-là, j'ai eu envie de trouver de nouveaux défis, se souvient-il. Et, comme je pratiquais déjà le kayak extrême avec mes copains du Pyrénées Extrem Kayak, j'ai choisi cette voie. » Il finit quatrième de sa première épreuve en Italie et remporte en 2008, au nez et à la barbe des meilleurs mondiaux, la Green Race aux États-Unis. Sur ces torrents escarpés, au cœur de la nature, il éprouve un plaisir indescriptible à dévaler des chutes de plusieurs mètres. Dans la région, avec ses partenaires de club (le PEK), il guette en permanence la météo pour déceler au plus vite la moindre crue ou les rivières à forts courants afin de les dévaler. En deux temps trois mouvements, ils regagnent alors la vallée de Cauterets, du Louron, du Pourtalet ou de Gavarnie et pagaient joyeusement.

Coup d'arrêt en 2010 au Mexique. La chute d'eau de Tomata, haute de 25 mètres, stoppe net son périple sur une mauvaise réception. Diagnostic : une triple fracture lombaire.

Il confirme en 2013

Son courage et son moral d'acier lui permettent de récupérer et retrouver son meilleur niveau. Si bien qu'un an plus tard, sur cette même rivière, il gagne la manche de coupe du monde. « Mes copains m'ont aidé à me sortir de ce mauvais pas, témoigne-t-il. Mais cette victoire acquise un an après mon accident, au même endroit, reste vraiment un grand souvenir. » Vainqueur en 2011 et 2012 de la coupe du monde de kayak extrême (AWP), Éric Deguil, combine au mieux sa passion sur l'eau, son travail d'élagueur et ses nombreuses heures passées à l'entraînement à soulever de la fonte, peaufiner son endurance par la pratique de la course à pied, du ski de fond, du vélo ou de l'escalade. Vainqueur en 2013 de la Coupe d'Europe et de la Coupe d'Amérique de kayak extrême, il a confirmé son énorme potentiel. Toutefois, les saisons s'avèrent longues et coûteuses. Aussi pour les boucler, il recherche des partenaires via son site internet www.eric-deguil.com 


Eric Deguil Champion du monde de kayak extrême... par pyreneesextremkayak

Retour à la liste des actualités

Partage

 | 

Nos autres sites