01 novembre 2019
  • Partager

Cantines scolaires : un menu végétarien pour tous une fois par semaine

Au retour des vacances de la Toussaint, un menu végétarien unique sera servi une fois par semaine dans les cantines des écoles de Pau et de l'Agglomération. Il s'agit de faire découvrir aux enfants de nouveaux plats, de nouvelles saveurs et de proposer une cantine aux produits issus de ressources naturelles qui ont un moindre impact sur l'environnement.

Un menu végétarien par semaine mais pas de jour fixe. il pourra être programmé n'importe quel jour de la semaine, y compris le mercredi. Ce jour-là, tous les enfant bénéficieront du même menu qui se prêtera aussi bien aux actions d'éducation au goût que de sensibilisation à la préservation des ressources alimentaires et de lutte contre le gaspillage.

A partir de novembre 2019, obligation est faite de programmer pour tous les enfants un menu végétarien par semaine. Au-delà de l'aspect réglementaire, il s'agit d'une opportunité de faire découvrir aux plus jeunes de nouveaux plats, de nouvelles saveurs et de mettre en valeur le savoir faire et la créativité de l'équipe de cuisiniers qui développe et améliore ces nouvelles recettes.

Manger des légumes secs (lentille, pois chiche, haricot rouge...) au moins deux fois par semaine est recommandé à tout un chacun pour préserver sa santé. Ces aliments sont intéressants car ils possèdent une teneur élevée en protéines, en glucides et en fibres. L'alimentation végétarienne équilibrée leur fait donc la part belle ! Tout comme aux fruits oléagineux (arachides, noix, pistaches...) qui sont des sources de lipides de bonne qualité.

Le menu végétarien hebdomadaires programmé à partir de novembre donnera priorité aux plats que les jeunes connaissent et apprécient. Ainsi, ils pourront goûter des recettes inspirées de la tartiflette et des pâtes à la bolognaise, tester des mélanges déjà appréciés de leurs camarades végétariens tels que les tortis lentilles ratatouille ou retrouver des plats familiers comme l'omelette et les boulettes végétales.

Diversifier les sources de protéines présente de multiples atouts pour l'utilisation des ressources naturelles, pour enrichir les apports nutritionnels des enfants car la diversité contribue à un meilleur équilibre alimentaire global et au plaisir de manger.

Augmenter la part des végétaux dans l'alimentation est plus durable pour l’environnement car leur production utilise moins de ressources naturelles et ont un impact bien moindre sur l’environnement que les produits carnés. 

Il ne s'agit pas d'opposer les protéines animales aux protéines végétales, mais plutôt de faire bénéficier les enfants de leurs différents atouts tout en les sensibilisant à d'autres modes de consommation.

Une personne qui suit un régime végétarien ne mange pas de viande ni de poisson. Les protéines animales ne sont pas exclues, on les trouve dans les œufs et les produits laitiers. Le complément protidique est apporté par les protéines végétales principalement présentes dans les légumineuses que sont lentilles, pois chiches, haricots rouges et les céréales comme le blé, le riz, le maïs. 

Qu'est-ce que la loi EGAlim ?

La loi EGALIM acte la mise en place d’un plan pluriannuel de diversification des protéines pour les restaurants scolaires qui servent plus de 200 couverts par jour en moyenne, ainsi que la mise en place, à titre expérimental, une fois par semaine, d’un menu végétarien.

Rappel de la loi EGALIM Article N°24

« Art. L. 230-5-4.- Les gestionnaires des restaurants collectifs servant plus de deux cents couverts par jour en moyenne sur l'année sont tenus de présenter à leurs structures dirigeantes un plan pluriannuel de diversification de protéines incluant des plats à base de protéines végétales dans les repas qu'ils proposent.

« Art. L. 230-5-6.- A titre expérimental, au plus tard un an après la promulgation de la loi n° 2018-938 du 30 octobre 2018, pour une durée de deux ans, les gestionnaires, publics ou privés, des services de restauration collective scolaire sont tenus de proposer, au moins une fois par semaine, un menu végétarien. Ce menu peut être composé de protéines animales ou végétales. « L'expérimentation fait l'objet d'une évaluation, notamment de son impact sur le gaspillage alimentaire, sur les taux de fréquentation et sur le coût des repas, dont les résultats sont transmis au Parlement au plus tard six mois avant son terme.