09 octobre 2019
  • Partager

Agir pour les pollinisateurs sauvages

Moins connus que les abeilles domestiques, plusieurs milliers d'espèces de pollinisateurs sauvages, aujourd’hui menacés, assurent le service vital de la pollinisation. L'Agglo s'engage pour les préserver.

Nom
Agir pour les pollinisateurs sauvages

Adresse
Service espaces naturels et biodiversité, Domaine de Sers, Pau, France

Téléphone
05 59 80 60 93

Une ville accueillante pour les pollinisateurs sauvages

logos-0

On ne présente plus l’abeille domestique, mais savez-vous que les pollinisateurs sauvages jouent un rôle primordial pour la pollinisation. Parmi eux les abeilles solitaires, les guêpes, les bourdons, les syrphes ou encore les papillons. Aujourd’hui menacés, les villes peuvent paradoxalement constituer un refuge pour ces insectes. Ils y trouvent en effet de quoi butiner dans les jardins et sur les balcons. Ils y sont surtout moins soumis aux épandages de pesticides.

Avec le soutien financier de la Région Nouvelle-Aquitaine et en partenariat avec le Conservatoire des espaces naturels d’Aquitaine, l’Agglomération s’est engagée dans un programme de trois ans (2019-2021) pour rétablir une trame d’espaces verts favorables aux pollinisateurs sauvages. Changement de pratique des jardiniers, gestion différenciée, plantation de semences locales et mellifères, campagne de sensibilisation sont au programme.

Les refuges de la biodiversité s'essaiment

Afin de favoriser les pollinisateurs sauvages et la biodiversité en général, des "refuges de la biodiversité" sont aménagés sur la ville de Pau.

Un refuge de biodiversité, c'est :

  • un secteur où, dans le cadre de la gestion différenciée, des espaces verts sont entretenus de manière extensive avec fauche annuelle tardive ou espacement des tontes et les semences locales favorisées ;
  • la pose de nichoirs et d'hôtels à insectes dans le cas où peu d'habitats naturels sont présents ;
  • la préservation des arbres accueillant des niches écologiques avec des cavités favorables aux chauves-souris, oiseaux, insectes.
  • un lieu privilégié d'éducation à l'environnement.

Depuis mars 2019, 17 refuges de biodiversité ont été aménagés, comprenant 120 nichoirs à oiseaux installés par les équipes d’élagueurs, 20 hôtels à insectes et  45 abris à chiroptère (chauve-souris). L'ensemble des refuges ont été construits par l'ESAT Alpha à Idron.

84%

C'est le pourcentage de plantes cultivées en Europe qui dépendent des pollinisateurs.

Vous aussi, préservez les pollinisateurs sauvages

Comme vous y prendre ?

  • Aménagez dans un coin de votre jardin une prairie fleurie de fleurs sauvages. Certaines variétés de plantes favorisent leur installation. C'est le cas des mellifères, famille à laquelle appartiennent les coquelicots, les cardons ou encore les pervenches. Autant de fleurs riches en pollen et de nectar pour les abeilles.
  • Limitez les tontes et fauchez votre prairie fleurie seulement une fois par an en automne pour préserver la biodiversité.
  • Conformément à la réglementation qui interdit leur utilisation par les particuliers depuis le 1er janvier 2019, bannissez tout type de pesticides et d’herbicides dans votre jardin.
  • Ajoutez-y un petit point d’eau, peu profond, qui pourra servir aux insectes à diluer leur miel ou à rafraîchir leur ruche. 

Projet de sciences participatives qui s’adresse à tous, le SPIPOLL a pour but d’étudier les réseaux de pollinisation, c’est à dire les interactions complexes entre plantes et insectes, mais aussi entre les visiteurs des fleurs eux-mêmes.

Vous avez un appareil photo numérique, vous aimez les insectes et vous êtes soucieux de la biodiversité ? À vos marques, prêt, photographiez !

Découvrez comment participer sur le site: www.spipoll.org

A lire sur le même sujet