03 avril 2020
  • Partager

Alfred SMITH (1853, Bordeaux – 1936, Paris)

L'Averse (Place de la Concorde ), 1888, huile sur toile, 192 x 160 cm

SMITH-890-1-2-complet

Après quelques années durant lesquelles le choix s'était porté sur des artistes ou des œuvres abordant des sujets pyrénéens, l'année 1890 a vu le musée des Beaux-Arts s'enrichir de deux scènes citadines à l'atmosphère pluvieuse. Exposée au salon à côté d'une œuvre de Pradelles (un de ses maîtres), la toile de Smith fut choisie avec un autre tableau aux tonalités grises du peintre toulousain Joseph Saint-Germier. Presque exotique autrefois dans ce fonds à forte identité régionale, cette " Place de la Concorde sous l'averse " acquise par la Société des Amis des Arts grâce au legs Noulibos, est aujourd'hui une œuvre significative de l'éclectisme de la collection.

Natif de Bordeaux, de parents anglais, Alfred Smith s'est fait notamment connaître par ses vues de Paris et de Venise. Avant de donner à son œuvre un caractère orientaliste lors de sa traversée de l'Italie, l'artiste signe en 1888 cette subtile description ruisselante de la place de la Concorde.

Ce fragment de vie parisienne, traité en quasi monochromie, alterne de petites touches au pinceau et d'amples mouvements au couteau pour reproduire les nuages sur le grain de la toile encore visible.

De forts empâtements marquent le reflet de l'obélisque sur la chaussée humide et la gerbe d'eau qui jaillit de la fontaine.

Les silhouettes des passants, que l'on distingue aisément au premier plan, s'estompent dans la pluie au fond de la composition. La foule qui déambule entre la Chambre des Députés et l'imposant Monolithe donne, malgré les intempéries, une ambiance paisible à cette scène.

Notice réalisée par DV