Dangers du gaz hilarant : la Ville lance des actions de sensibilisation auprès des jeunes

01 avril 2022

Dangers du gaz hilarant : la Ville lance des actions de sensibilisation auprès des jeunes

La Ville de Pau et ses partenaires organisent des actions de sensibilisation en direction des jeunes, de leur entourage et des professionnels de la jeunesse. Interventions dans les collèges et les lycées, formation des professionnels et information de la population sont programmés dès le mois d’avril.

L’usage détourné de protoxyde d’azote n’est pas nouveau mais le nombre et la gravité des effets indésirables sont en augmentation depuis 2018.

Une augmentation qui incite la Ville de Pau et ses partenaires à se mobiliser. A travers des temps d’échanges dans les collèges et lycées avec les élèves, la formation de professionnels de la jeunesse, l’information de la population notamment grâce à des cafés-police et une campagne de communication.

Des cas d’intoxication à la hausse

Face à l’augmentation récente des cas de troubles neurologiques graves en lien avec un usage détourné du gaz protoxyde d’azote, les autorités sanitaires, en lien avec la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) et l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), mettent en garde sur les dangers de cette pratique, même occasionnelle.

Les cas d’intoxication ont connu au niveau national une nette hausse en 2020 : 134 cas ont été rapportés aux centres antipoison en 2020 (contre 46 en 2019) et 254 signalements ont été effectués auprès des centres d’addictovigilance en 2020 (contre 47 en 2019).

La plupart des cas déclarés concernent de jeunes adultes (21 à 22 ans en moyenne).

Qu’est-ce que le protoxyde d’azote ?

Le protoxyde d'azote (N2O) est un gaz à usage médical, utilisé pour ses propriétés anesthésiques et analgésiques. Le protoxyde d’azote est aussi un gaz de pressurisation utilisé pour les aérosols alimentaires. Dans le cadre de cet usage commercial, il est soumis à la réglementation des produits de consommation courante et est en vente libre dans les supermarchés et disponible sur Internet. Il fait l’objet d’usages détournés, par voie d’inhalation.

Pourquoi est-il détourné ?

Inhalé, le N2O provoque des rires incontrôlables (d’où le nom de gaz hilarant), une sensation d’ébriété et des distorsions audiovisuelles.  Les effets apparaissent et disparaissent très rapidement en 2 à 3 minutes.  Son usage est de ce fait banalisé, surtout auprès des adolescents.

Quels sont les risques ?

Les autorités sanitaires alertent sur les dangers de cette pratique qui expose à deux types de risques majeurs :

  • Les risques immédiats : asphyxie par manque d’oxygène, perte de connaissance, brûlure par le froid du gaz expulsé, désorientation, vertiges, risque de chute, nausées, vomissements, maux de tête, crampes abdominales…
  • Les dangers à long terme : en cas de consommations répétées et / ou à fortes doses, de sévères troubles neurologiques, hématologiques, psychiatriques ou cardiaques peuvent survenir. La consommation associée à d’autres produits (alcool, drogues) majore les risques.

Que faire en cas de symptômes après consommation ?

En cas de symptômes inhabituels après consommation, en cas de difficulté à contrôler et stopper sa consommation, il est recommandé de consulter immédiatement un médecin. Une orientation vers un professionnel d’addictologie peut être nécessaire pour accompagner les usagers en difficulté pour contrôler leur consommation, et prendre en compte les poly-consommations associées le cas échéant.

Prévention, aide et écoute

Des dispositifs d'aide anonymes et gratuits sont à disposition des usagers, de leur entourage et du public en général :

Pour en savoir plus : www.filsantejeunes.com et www.drogues-info-service.fr