Dans les cimetières aussi c'est zéro phyto

29 avril 2021

Dans les cimetières aussi c'est zéro phyto

S’adapter au climat qui change, préserver la santé des habitants et la biodiversité, autant de défis qui demandent de réinventer nos méthodes. La gestion écologique traduit cette ambition dans les pratiques d’entretien des espaces publics, parcs, jardins et cimetières.

Depuis 10 ans, Pau a entamé un processus d’abandon progressif des pesticides dans l’entretien des voiries et espaces verts, avec la mise en place de méthodes alternatives : paillage, désherbage thermique ou mécanique, engazonnement de certaines placettes minérales.

Jusqu’alors, les cimetières étaient dispensés du « zéro-phyto » mais depuis un décret daté du 15 janvier 2021, ils vont devoir s’y soumettre d’ici le 1er juillet 2022. A Pau, le virage vert est pris, à la croisée avec d’autres ambitions : celle de faire des cimetières de véritables parcs paysagers et des corridors écologiques pour la faune et la flore.

Depuis le 1er janvier 2021, les épandages d’herbicides ont donc été arrêtés dans toutes les allées des deux cimetières. La végétation gagne ainsi progressivement et spontanément les allées. Son développement est analysé et des tests sont en cours. Ils permettront de semer, après la Toussaint, des mélanges de graminées « choisis ».  Le carré A du cimetière urbain fait ainsi office de laboratoire depuis avril 2020.

La végétalisation des allées est l’une des composantes d’un projet plus large comprenant plantations et valorisation culturelle du site. Ces pratiques s’intègrent dans un plan plus large de gestion écologique des espaces publics, comprenant non seulement la gestion différenciée mais aussi les éco-paturages, la valorisation des déchets verts, l’utilisation de semences locales et la protection de la biodiversité.

Cette dernière passe aussi par la lutte contre les espèces invasives. Afin de limiter la prolifération du moustique tigre, les usagers des cimetières sont invités à remplir les vases et coupelles des pots de fleurs avec du sable.

Au cimetière urbain, un bac à sable est mis à la disposition des visiteurs, à l’entrée principale. Pour la sécurité de tous, chacun doit venir équipé de son propre matériel (pelle et récipient) pour amener le sable à la sépulture.

Tests de semis au cimetière urbain de Pau

Tests de semis au cimetière urbain de Pau

Quatre mélanges sont à l’essai depuis avril 2020 dans le carré A du cimetière urbain palois. Les produits phytosanitaires, qui comprennent entre autres des anti-germinatifs, ont été arrêtés dans toutes les allées en janvier 2021, permettant au substrat de se refaire. Trois de ces mélanges comprennent des graminées dans des proportions variées :

  • des gazons ordinaires qu’on retrouve dans les pelouses classiques mais qui ont l’avantage de pousser vite et d’offrir un premier tapis végétal rapidement ;
  • des fétuques rouges et ovines : ces herbes que l’on retrouve dans les pâturages de haute montagne sont plus lentes à s’installer mais vont progressivement prendre le relais. Elles vont coloniser tous les espaces et étouffer les gazons ordinaires tout comme la végétation spontanée qui a commencé à s’installer depuis l’arrêt des produits phytosanitaires en janvier.

Par ailleurs les mélanges contiennent du trèfle, qui supporte le piétinement et la chaleur.

Un quatrième test concerne la culture de sédum dans les allées peu fréquentées et les interstices entre les tombes. Le sedum est adapté dans ces cas de figure car il n’a pas besoin d’être tondu mais supporte mal le piétinement. Il est installé sous forme de tapis précultivés.

Pour installer ces allées enherbées, le sol n’est travaillé qu’en surface pour ne pas le déstructurer. On retire l’excédent de gravillons pour n'en garder qu'une fine couche d'environ 3 cm, plus compacte pour les personnes à mobilité réduite et drainante pour le végétal. Par endroit des nattes ou des dalles alvéolées pourront venir renforcer l’installation.

L'entretien des allées

La question de la perception des visiteurs est au cœur du projet. La végétation doit toutefois permettre d’accueillir la biodiversité. C'est pourquoi, l'équipe des jardiniers assurant l'entretien des lieux contrôle le développement de la végétation spontanée et des semis-test. La hauteur ne devrait pas dépasser 20cm mais certains cas de figures pourraient être traités différemment (pied de mur ou d’arbre). Selon les zones des cimetières, les tontes auront lieu 5 à 7 fois par an pour laisser à la nature le temps de s’épanouir.   

La « Brigade du moustique tigre » est en action
Pour lutter contre le moustique tigre, privons-le d'eau
Pau dispose du cimetière urbain et du cimetière Bessières