05 avril 2020
  • Partager

Eugène Isabey

Chaque jour, dans sa lutte contre le coronavirus et dans son désir de vous aider à vivre au mieux le confinement, le musée des Beaux-Arts de Pau propose un focus sur une œuvre. Aujourd'hui " La Passerelle sur le gave " d'Eugène ISABEY

Nom
Le musée des Beaux-Arts propose 1 jour - 1 œuvre : aujourd'hui Eugène ISABEY

Adresse
Musée des Beaux-Arts de Pau, Rue Mathieu Lalanne, Pau, France

Tarifs
gratuit

Eugène ISABEY (Paris 1803 – Montévrain 1886)

" La Passerelle sur le gave " - huile sur toile, H :150 x L : 112 cm

ISABEY-95

Fils de Jean-Baptiste Isabey, célèbre miniaturiste à la cour de Napoléon, Eugène en est également l'élève. Né au Louvre, dans les appartements mis à la disposition de son père par Bonaparte et élevé dans un hôtel particulier fréquenté par de nombreux artistes, Eugène Isabey baigne très tôt dans le milieu artistique le plus prestigieux. Cependant, ses diverses influences (Géricault est un ami de la famille), un voyage en Angleterre en 1821 puis un second en 1825 avec Delacroix et Bonington ainsi que ses fréquents séjours sur la côte normande le conduisent vers la peinture de marines.

Durant cette période, ses thèmes se définissent et son style se personnalise jusqu'à la consécration du Salon de 1827 où il présente " L'Ouragan devant Dieppe " qui suscite l'enthousiasme général.

Embarcations ballottées par des océans déchaînés, ciel menaçant et paysages aux lumières inquiétantes, Isabey excelle à décrire ces atmosphères lourdes, presque angoissantes.

Bien qu'il s'agisse assurément d'une composition d'atelier aux effets appuyés, cette " Passerelle sur le gave " est l'œuvre d'un artiste qui a vraisemblablement connu la sensation d'un orage de montagne.

Dans ce tableau au climat tempétueux, l'artiste décrit toute la force des éléments. Le mouvement est donné par la matière qui reproduit l'écume aux endroits où le torrent vient se briser sur les rochers.

Par de larges touches il intensifie le rythme du gave à l'amorce de la cascade.

Les personnages, traités en frise par petites touches, se succèdent sur cette passerelle qui tente péniblement d'épouser la géographie hostile du ravin.

L'artiste accentue l'ambiance orageuse par de violents contrastes lumineux. Séparés par une large diagonale, la lumière balaye abondamment le devant du tableau tandis que l'ombre resserre la composition jusqu'au gouffre d'où surgit le gave.

Cette œuvre, acquise en 1995, représente admirablement l'esprit romantique qui faisait défaut à l'iconographie pyrénéenne du XIX siècle.

Notice réalisée par DV

Les œuvres à découvrir

Visite virtuelle du Musée des Beaux-Arts avec zoom sur les oeuvres