11 février 2019
  • Partager

Le patrimoine palois : à la découverte de la villa Saint-Basil's [+ diaporama]

La villa Saint-Basil's constitue un témoin emblématique des années Folles à Pau.

Nom
Direction Patrimoines

Adresse
Usine des Tramways, avenue Gaston Lacoste, Pau, France

Téléphone
05 59 98 78 23

Tarifs
Entrée libre

Adresse email
patrimoines@agglo-pau.fr

Horaires
Du lundi au vendredi de 9h à 17h

IVR72-20126410161NUC4A-P

Station de villégiature hivernale prisée de la société mondaine cosmopolite à la fin du XIXème siècle, Pau perd peu à peu de son attrait au début du XXème siècle.

La Première Guerre Mondiale scelle la fin de son succès comme destination privilégiée, les stations balnéaires séduisant de plus en plus les voyageurs en quête de soleil et d'amusement, à l'image de Nice ou Biarritz.

Pau va s'imaginer un nouveau destin, dans un élan général d'effervescence culturelle et de foisonnement créatif, marqué du sceau de la modernité Art Déco. Poursuivant son idéal touristique, la Ville va se projeter dans de nombreux aménagements sportifs et de loisirs pour séduire une nouvelle clientèle estivale.

Les années 1920-1930 sont marquées par un changement radical caractérisé par la modernité des formes architecturales et des aménagements urbains majeurs.

Le centre-ville se réorganise alors autour du square George Clemenceau et du Palais des Pyrénées, en lieu et place du Couvent Notre-Dame et de la vieille Halle.

Le boulevard Aragon ouvre la ville vers les montagnes et fait pour la première fois la jonction avec son emblématique promenade qu'est la Boulevard des Pyrénées.

Propriété de la ville de Pau depuis 1982, la villa Saint-Basil's a conservé intact le décor de ses salles d'apparat du rez-de-chaussée et cultive la paradoxe d'être tout à la fois l'héritage de la villégiature du XIXème siècle et l'emblématique témoin de la modernité des années 1920-1930.

Construite en 1888, la villa originelle était accompagnée d'écuries et remise à voitures hippomobiles, ainsi que d'une conciergerie qui en marque encore de nos jours l'entrée. Durant plus de 30 ans, elle est opportunément louée par ses propriétaires à des hivernants venus passer la saison à Pau. Rachetée en 1927 par un couple anglo-argentin, les Lynch-Tooley, elle est entièrement remodelée à leur initiative et à leurs goûts.

Derrière ses façades sages et l'apparente sobriété de ses décors, l'esprit Art Déco est omniprésent. Les panneaux de bois sombres qui habillent les murs du hall d'entrée recèlent le secret le mieux gardé de la maison : un ascenseur qui dessert les deux étages. La salle à manger dévoile un esprit d'émancipation à travers la commande passée au peintre René-Marie Castaing qui illustre le conte de Cendrillon en toiles en grisaille. Les femmes s'y dévoilent tête et dos nus, accompagnant une révolution à l’œuvre dans la société qui se libère de nombre de contraintes d'avant-guerre durant ces Années Folles.

A l'étage, les salles de bain bénéficient de tout le confort moderne dans un décor fastueux. Les formes géométriques des mosaïques dorées à l'or fin accompagnent baignoires et chauffe-serviettes.

Le dessin du parc est confié au paysagiste Descorges qui imagine à flanc de colline, enfouie sous une terrasse, une orangerie ouverte sur les Pyrénées.

Son originalité méconnue la désigne très certainement comme un des patrimoines les plus précieux de la ville.

Salle à manger - Sur les murs, les "grisailles" de René-Marie Castaing (entre 1930 et 1936)

La villa Saint-Basil's en images

11 photos

L'Usine des Tramways : la mémoire culturelle de l'Agglomération