08 janvier 2020
  • Partager

Le Réseau de Chaleur Urbain a ses premiers abonnés

Les premiers abonnements au futur réseau de chaleur ont été signés le 6 janvier 2019. D’ici 2023, près de 9000 foyers pourront être alimentés pour leur chauffage et leur eau chaude sanitaire grâce à cette énergie issue des déchets et renouvelable à 75 %.

Nom
Réseau de Chaleur Urbain

Nouveau modèle énergétique qui garantit la production d'une chaleur moins chère et plus écologique, le Réseau de Chaleur Urbain repose sur une idée toute simple : utiliser la vapeur créée par l'incinérateur d'ordures ménagères de Lescar pour chauffer de l'eau à environ 100 degrés et la faire circuler jusqu'à Pau, par Lons et Billère, dans des canalisations auxquelles on pourra raccorder les principaux réseaux. Soit, à terme, 9000 foyers ou équivalent. Ses atouts sont multiples :

  • Une énergie renouvelable à 75 %, grâce à sources d’énergie locales, contribuant à l’économie locale. L’Agglomération va ainsi redonner du pouvoir d’achat aux locataires HLM à hauteur de 4 millions d'euros, estimation établie en fonction de l’évolution du prix de l’énergie et qui se veut très réaliste début 2020 au regard des évolutions des dernières années.
  • Un prix de la chaleur maîtrisé dans le temps
  • Un évitement de 20 000 tonnes par an de CO2, soit l’équivalent de 9 000 voitures
  • La simplification du suivi et de l’entretien des chaufferies pour les gestionnaires des bâtiments : plus de contrat d’approvisionnement de combustibles, plus d’obligation de visites de sécurité pour la chaudière et les équipements, plus d’obligation de ramonage des cheminées
  • La garantie de la continuité du service, grâce à la mutualisation de la maintenance et aux équipements d’appoint-secours prévus à cet effet.

61 bâtiments raccordés sur les 169 envisagés

Ils sont des précurseurs. Les 12 premiers abonnés au Réseau de Chaleur font le choix d'une toute nouvelle énergie verte dans l'Agglo pour leur chauffage et leur eau chaude sanitaire. Cette nouvelle infrastructure, utilise la chaleur jusque là perdue de l'incinérateur des déchets de Lescar, ainsi que deux chaufferies d'appoint alimentées par des filières locales. Et ce n'est qu'un début : d'autres sources d'approvisionnement durables et locales sont à l'étude comme la géothermie ou le bois-énergie.

"Ce n'est pas un projet secondaire, a insisté François Bayrou. Il va nous permettre de faire le saut d'une agglomération en retard à une agglomération à l'avance en matière d'énergies renouvelables."

Un chantier de 2020 à 2023

travaux-RCU-exemple

Impulsée par la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées, la construction et l'exploitation du Réseau de Chaleur Urbain est confiée à Pau Béarn Pyrénées Energies Services, filiale d’ENGIE Solutions et de la Banque des Territoires.

Les travaux de construction du réseau s'étendent de 2020 à 2023.

Un site internet dédié permet de suivre l'avancée du chantier et de contacter le médiateur. Il suffit de cliquer ici.

Le tracé et le planning

Le réseau sera déployé en quatre phases : . le "tronçon de transport de chaleur" en 2020 et 2021, réseau en rose fuchsia ci-dessus. Le secteur Billère - Université – Hélioparc en 2021, réseau bleu ci-dessus. Le quartier Saragosse en 2022, réseau vert ci-dessus. Le secteur Centre Hospitalier – Calicéo - Péguilhan en 2023, réseau rouge ci-dessus.

Les 12 premiers abonnés. Lundi 6 janvier 2019, les 12 premiers abonnés au réseau de chaleur de la Communauté d’Agglomération ont signé leur police d’abonnement en présence de François Bayrou, Maire de Pau et Président de la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées, et Jean-Christophe Allué, Président de Pau Béarn Pyrénées Energies Services, filiale d’ENGIE Solutions et de la Banque des Territoires.

Pour une ville ou un quartier, un réseau de chaleur, aussi appelé réseau de chauffage urbain, est un véritable chauffage central. En effet, grâce à un réseau de canalisations, il alimente en énergie les immeubles et bâtiments qui lui sont raccordés.

Cette énergie, transportée sous forme d'eau chaude, provient d’une ou plusieurs chaufferies centralisées qui sont le plus souvent multi-énergies.

Les 12 premières polices d’abonnement signées représentent le raccordement de 61 bâtiments, sur les 169 envisagés, répartis comme suit :

Logements

  • 28 bâtiments de Pau Béarn Habitat, représentée par Olivier Subra, son directeur
  • 4 bâtiments d’Habitelem, représentée par Patrick Lacarrère, son directeur
  • L’EHPAD "Petites Sœurs des Pauvres" à Billère, représenté par la Mère supérieure
  • La résidence Turenne, 27 boulevard Alsace-Lorraine à Pau, première copropriété à se raccorder représentée par Hélène Barrot, directrice de l’agence Nexity, syndic de la copropriété.

Bâtiments à usages de bureaux

  • 4 bâtiments appartenant à l’État, représentés par le Préfet Eric Spitz
  • La maison des communes (Centre de Gestion), représentée par Michel Hiriart, son président 
  • Hélioparc, représenté par Marc Cabane, son président
  • Le bâtiment "Le Piano" de la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées, représentée François Bayrou, son président. 

Equipements de Sports et Loisirs

  • 8 bâtiments de la Ville de Pau ou de la Communauté d'Agglomération : médiathèques, gymnases, piscines, Palais des sports, Conservatoire, représentées par François Bayrou
  • Le Palais Beaumont et le Parc des Expositions, représentés par Guillaume Méchin, directeur de la SPL Pau Béarn Pyrénées Evénements,
  • Le complexe de pelote, représenté par Pierre Lavigne, gérant.

Etablissements de santé 

  • La polyclinique Marzet, représentée par Marie-France Gaucher, sa directrice. 

Etablissements scolaires

  • Le collège Sainte-Ursule, représenté par Olivier Peyret, son directeur 
  • 7 groupes scolaires de la Ville de Pau, représentée par François Bayrou, son maire.

La commercialisation du réseau de chaleur se poursuit et d’autres acteurs de l’Agglomération signeront bientôt leur police d’abonnement permettant ainsi à leurs usagers de bénéficier d’une chaleur locale et renouvelable à un tarif stable et compétitif. Il s’agit notamment du Conseil Départemental des Pyrénées Atlantiques, du Conseil Régional Nouvelle Aquitaine ou encore de l’Université de Pau et des Pays de l'Adour pour leur patrimoine : collèges, lycées, bureaux.

Par ailleurs, à la demande de plusieurs acteurs locaux, Pau Béarn Pyrénées Energies Services étudie la faisabilité du raccordement de 88 bâtiments supplémentaires par rapport aux prévisions de raccordement de départ.

51 millions d'euros : le montant de l'investissement.

9000 équivalent logements alimentés.

169 sous-stations, points de livraison de l’énergie aux clients.

L'Agglomération valorise les déchets pour un réseau de chaleur plus écologique