21 février 2019
  • Partager

Les espaces verts bénéficient d'une gestion différenciée

La Ville de Pau a décidé de s'engager plus fortement dans l'évolution de ses pratiques d'entretien des espaces publics afin d'y favoriser le développement de la vie animale et végétale.

Adresse
22 Rue Roger Salengro, 64000 Pau, France

Téléphone
05 59 80 74 86

Adresse email

Qu'est-ce que la gestion différenciée ?

C’est l’entretien différent des espaces en fonction de leur vocation : parcs, jardins, espaces naturels, rues, aires de jeux, terrains de sport, écoles, cimetières.

Certains secteurs des espaces publics continuent d’être particulièrement entretenus et jardinés, tandis que dans d’autres secteurs, on laisse à la nature un peu plus de liberté pour se développer mais toujours sous contrôle.

La gestion différenciée n’est pas synonyme de laisser-aller mais au contraire, d’une véritable réflexion raisonnée dans l’entretien des espaces publics.

Cette démarche répond particulièrement à l’interdiction légale d’utiliser des produits phytosanitaires depuis le 1er janvier 2017 par les collectivités territoriales et depuis 2019 pour les particuliers, selon le Plan Ecophyto 2 du Ministère de l’Agriculture, dont les dispositions sont prévues par la Loi de transition énergétique pour la croissance verte du 22 juillet 2015. En augmentant la biodiversité et en évitant le recours aux pesticides, on préserve notre santé, les ressources en eau et l’environnement. Bref, on améliore le cadre de vie !

Chaque habitant est responsable du désherbage des trottoirs et caniveaux situés au droit de son habitation ou de la limite de propriété, de façon naturelle, sans produit chimique selon le règlement de voirie de la Ville de Pau approuvé par délibération du 18 juin 2015. La loi interdit la détention est l'usages des engrais chimiques et produits phytosanitaires par les particuliers depuis le 1er janvier 2019. Il s'agit du plan Ecophyto 2 du ministère de l’Agriculture.

Se passer des pesticides

Depuis 2009, la Ville de Pau limite l'utilisation des pesticides dans l'entretien des espaces publics en raison des dangers que ces produits représentent pour l'environnement et la santé.

Aussi, la Ville met en oeuvre des techniques alternatives dites douces et sélectives : paillage, désherbage thermique ou mécanique, engazonnement de certaines placettes minérales. Moins nocives, moins radicales, ces techniques doivent être répétées plus souvent et requièrent plus de moyens humains. Pour préserver la santé des agents et l'environnement, la gestion du désherbage s'adapte à chaque situation : des lieux où le désherbage est fréquent et systématique, à ceux où la flore spontanée peut être tolérée, aux placettes qui sont réengazonnées. Ces herbes ne sont pas « mauvaises » : elles sont utiles à la biodiversité et doivent retrouver leur place dans l'espace urbain.

Pourquoi bannir les pesticides ?

L'usage intensif et répété des pesticides peut avoir des répercussions sur :

  • La santé : baisse de la fertilité, développement du foetus, déficit immunitaire, troubles neurologiques, développement de cancers
  • La biodiversité : sélection ou extinction directe ou indirecte de nombreuses espèces due à un large spectre d'action
  • La santé de l'eau et du sol

Ces précisions sont données par l'Agence nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Les herbes hautes, c'est la vie !

Quels sont les bénéfices des fauches tardives ? Le gazon est mieux enraciné et plus résistant à la sécheresse.

Une flore plus diverse se développe et voit l'installation des insectes pollinisateurs comme les abeilles, les bourdons, les papillons et des auxilliaires comme les coccinelles, les perces-oreilles, les sauterelles.

Suivent leurs prédateurs : mésanges, hérissons, amphibiens, chauves-souris, grands amateurs de « nuisibles » que sont les escargots, les limaces, les pucerons.

Quatre niveaux d'entretien

A chaque espace, correspond un niveau d'entretien de 1 à 4, défini en fonction de plusieurs critères : situation de l'espace en centre-ville ou en périphérie, niveau de fleurissement, présence de mobilier, de jeux pour enfants, impact paysager.

Niveau 1 : espaces maîtrisés, entretien très soigné.

Nature très maîtrisée, gazons tondus fréquemment, allées sans plantes spontanées.

Niveau 2 : espaces récréatifs, l'entretien s'adapte à l'usage.

Espaces conçus pour répondre à des besoins fonctionnels (jeu, promenade). La plus grande diversité d'usage est favorisée. Coupe relevée et moins fréquente des gazons. Enherbement maîtrisé dans les allées et les aires de jeux.

Niveau 3 : espaces rustiques, entretien extensif.

Espaces où la flore spontanée est favorisée et très présente notamment dans les prairies et en lisière des haies, l'ambiance champêtre est renforcée par le choix d'essences locales. Coupe haute et peu fréquente des gazons, taille paysagère pour les arbustes, tolérance des plantes spontanées dans les aires sablées et les allées.

Niveau 4 : espaces naturels, entretien d'accompagnement de la nature.

En favorisant une importante biodiversité, certains de ces espaces ont une fonction écologique très forte. Les herbes se développent dans les espaces laissés libres par la végétation naturelle déjà présente. Le jardinier accompagne la nature et intervient uniquement pour assurer la sécurité des promeneurs, nettoyer, et rajeunir la végétation.

Les leviers d'actions de la gestion différenciée

Voici les principales méthodes de gestion différenciée mis en oeuvre à Pau :

  • La tonte (fréquence, hauteur) : une tonte classique divise par 2 le nombre d’espèces d’insectes auxilliaires.
  • Le paillage des massifs : limite la pousse des végétaux indésirables.
  • Les alternatives au désherbage chimique : arrachage mécanique, brossage, brûleurs.
  • Choix d’espèces locales
  • Prairies, bandes fleuries
  • La végétalisation d’espaces minéralisés (sable, gravier)
  • La végétalisation des pieds d’arbres ou mulching (couverture d’écorces)
  • Ramassage différé des déchets végétaux (herbes coupées, souches)
  • Favoriser les refuges de biodiversité par le réensemencement des graines, hôtels à insectes, nichoirs à oiseaux et à chauves-souris.