25 mars 2021

La Grève au Creusot, icône du monde ouvrier

Le musée des Beaux-Arts de Pau s’engage dans la lutte contre toutes les formes de discriminations en proposant des articles sur des artistes femmes ou des œuvres évoquant l’image de la femme à travers les siècles. Aujourd’hui, nous nous intéressons à La Grève au Creusot, de Jules Adler : véritable icône des revendications du monde ouvrier. Elle constitue par ailleurs un témoignage de la place occupée par les femmes au sein de ces luttes et de l'occasion qui leur était alors donnée d'exercer un rôle citoyen.

Nom
La Grève au Creusot, icône du monde ouvrier

Adresse
Musée des Beaux-Arts de Pau, Rue Mathieu Lalanne, Pau, France

Téléphone
05 59 27 33 02

Tarifs
Entrée gratuite - port du masque obligatoire

Horaires
Du mardi au dimanche de 11h à 18h Suite aux annonces gouvernementales, le musée des Beaux-Arts de Pau est temporairement fermé au public.

Jules Adler : le peintre des humbles

Autoportrait-Jules-Adler

Né en 1865 dans la petite ville de Luxeuil en Franche-Comté, Jules Adler surnommé " le peintre des humbles" propose une vision humaniste du monde proche de celle d’Émile Zola. Ses sujets de prédilections sont les différentes figures du peuple : ouvriers des manufactures et des mines, petits métiers parisiens, déracinés des villes, paysans ou encore marins.

Jules Adler, Autoportrait, huile sur toile

Jules Adler, La Grève au Creusot, 1899, huile sur toile

La condition ouvrière comme modèle de fraternité

tar1-defile-001f

La peinture du musée des Beaux-Arts de Pau représente un cortège d’ouvriers lors de la célèbre journée de grève du 24 septembre 1899 au Creusot, en Bourgogne.

Ce jour là, la manifestation regroupe près de 7000 ouvriers des usines métallurgiques Schneider du Creusot et des mines de Monceaux les Mines.

Tous les éléments constitutifs du tableau sont empruntés à la réalité observée par Jules Adler lui-même, comme l’attestent les photographies prises lors des défilés.

Ainsi, on distingue le paysage marqué à droite par les chevalets des mines Saint-Pierre et Saint-Paul, les manifestants en nombre, la multiplication des drapeaux tricolores ainsi que les femmes portant les rameaux pacifiques.

Au XIXème siècle, les usines Schneider (aciérie, métallurgie) sont les plus grandes de France.

Pendant trente ans – de 1871 à 1899 –, la paix sociale y est solidement établie avant qu'une série de changements entraîne un bouleversement de la situation. De mai 1899 à juillet 1900, les usines du Creusot connaissent plusieurs accès de grèves à l'image de celle du 24 septembre 1899 immortalisée par Adler.

Dans l’œuvre du musée des Beaux-Arts de Pau, l’intention principale du peintre est visiblement, grâce au cadrage et au grand format, de transformer celui qui contemple son tableau en spectateur de la manifestation.

Adler peint la condition ouvrière comme un modèle de fraternité et choisit notamment de mettre en valeur, au premier plan, les mains fraternellement serrées.

L'engagement du peintre et sa solidarité avec les ouvriers se signalent également par la présence d'un autoportrait en porteur de drapeau en fin de procession.

GRÈVE DU CREUSOT (LE MONDE ILLUSTRÉ NO 2219, 7 OCTOBRE 1899). ANONYME, © Ecomusée de la Communauté Urbaine Le Creusot Montceau-Les-Mines - Cliché Daniel Busseuil

LE CREUSOT, GRÈVES DE 1899-1900 : DÉFILÉ DES GRÉVISTES EN JUIN 1899. ANONYME © Ecomusée de la Communauté Urbaine Le Creusot Montceau-Les-Mines - Cliché Daniel Busseuil

La mobilisation féminine

La mobilisation des femmes dans les grèves au tournant des XIXème et XXème siècles est signalée dans l'oeuvre d'Adler par la présence de plusieurs personnages féminins à tous les niveaux du cortège.

En effet, avant l’ordonnance de 1944, les femmes sont exclues de l’action politique.

Les grèves leur offrent donc l’occasion d’exercer un rôle citoyen : participation aux manifestations et défilés, constitution de groupes socialistes, soutien au mouvement de l’époux.

Elles sont souvent présentes en tête avec leurs enfants, portant drapeaux et bannières à l'image de la femme évoquant La Liberté guidant le peuple de Delacroix que l'artiste place au premier plan. Suivie d’un enfant au tambour, elle guide symboliquement la foule en direction d’un avenir meilleur.

Ainsi, au delà de la simple description d’un fait historique, le tableau de Jules Adler se pose en symbole des luttes ouvrières auxquelles les femmes ont pris toute leur part.

Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, huile sur toile, 1830, musée du Louvre, Paris

Berthe Morisot,
A la découverte de Jeanne Ledoux, artiste pionnière mais oubliée
Judith, beauté vengeresse et héroïne biblique
Le musée des Beaux-Arts : la richesse de ses collections et la variété de sa programmation