14 décembre 2018
  • Partager

Pau, ville prise en exemple pour sa vidéoprotection

Face aux faits divers auxquels le centre ville de Pau était confronté depuis plusieurs années, François Bayrou lors des élections municipales de mars 2014 annonçait la mise en place d'un plan de vidéoprotection en complément des dispositifs de prévention sociale et du développement du service de la police municipale.

Afin d'assurer un respect strict de la vie privée de ses habitants, la ville de Pau a fait le choix de masquer toutes les zones privatives filmées par les caméras.

La vidéoprotection utilisée par la justice

Les images de la vidéo protection paloise sont conservées pendant 15 jours avant destruction. Pendant ces 15 jours, elles peuvent être réquisitionnées par les services de la police nationale sous le contrôle des magistrats du parquet. Ainsi depuis le 1er janvier 2018, près de 90 réquisitions judiciaires ont été adressées à la police municipale. Elles ont abouti à de nombreuses interpellations et condamnations dans un cadre judiciaire.