31 mars 2020
  • Partager

Simone Cantarini

Chaque jour, dans sa lutte contre le coronavirus et dans son désir de vous aider à vivre au mieux le confinement, le musée des Beaux-Arts de Pau propose un focus sur une œuvre. Aujourd'hui une œuvre de Simone Cantarini.

Nom
Le musée des Beaux-Arts propose 1 jour - 1 œuvre : aujourd'hui Simone Cantarini

Tarifs
Gratuit

Simone Cantarini (Opopezza, 1612 – Bologne, 1648 )

" Agar et l'ange " - huile sur toile, 59,5 x 76 cm

Selon le récit de la Genèse, Sarah, épouse vieillissante et présumée stérile, offre sa servante égyptienne Agar à son mari Abraham afin d'assurer une descendance. De cette union naît Ismaël.

Par faveur divine, Sarah donne peu après naissance à Isaac. Désireuse de préserver l'héritage pour le seul fils qu'elle juge légitime, elle implore Abraham de congédier la jeune servante et Ismaël.

Chassée dans le désert de Bersabée, à bout de force, Agar se résigne à laisser son fils sous un buisson et s'en éloigne pour s'abandonner à son désespoir.

Fécond dans la peinture italienne du XVIIe siècle, le sujet est aussi illustré par la scène du bannissement d'Agar.

L'œuvre de Simone Cantarini décrit l'apparition de l'archange saint Michel qui, en indiquant à la jeune servante la présence d'un puits, les sauve d'une mort certaine. Il révèle également qu'Ismaël, enfant trouvé dans le désert, sera l'aïeul des douze tribus nomades d'Arabie.

Héritier de l'école bolonaise de la famille Carrache, Simone Cantarini intègre l'atelier de Guido Reni dont il devient un des artistes les plus brillants.

Le tableau, non daté, pourrait parfaitement révéler la probable influence classique d'un séjour romain de l'artiste entre 1639 et 1642. En effet, l'extrême finesse des visages juvéniles et la délicatesse qui se dégage des modèles semblent relever de l'idéal de Raphaël. Dans ce désert allégorique, quelque peu boisé et presque verdoyant, ses qualités de naturaliste s'expriment pleinement et donnent toute son harmonie à cette scène.

Une radiographie aux rayons x de l'œuvre, objet d'une récente restauration, laisse apparaître une série de repentirs qui démontrent que Cantarini a réorchestré sa composition. En effet il donne à l'ange, en redéterminant sa position, cette sensation d'équilibre qui apporte à l'œuvre toute sa légèreté et sa grâce.

A la faveur de cette acquisition, le Musée des Beaux-Arts de Pau, tout en se dotant d'un tableau majeur de son fonds de peinture italienne, présente l'œuvre d'un artiste rare dans les collections publiques françaises.

Notice réalisée par DV