25 septembre 2020
  • Partager

Un nouveau réservoir à Guindalos sécurise l'approvisionnement en eau de Pau et Lescar

Un nouveau réservoir d'une capacité de 5000 m3 de stockage est en construction à l'usine de Guindalos. Il permet de sécuriser la qualité et la distribution de l'eau potable de Pau et du syndicat intercommunal d'eau potable de la région de Lescar.

Nom
Cycle de l'eau

Téléphone
0559807800

Adresse email
eaux@agglo-pau.fr

Une réserve complémentaire et fonctionnelle

Après l’inauguration de la nouvelle usine de production d’eau potable le 22 janvier 2018, une nouvelle étape importante s’amorce avec la construction d’un immense réservoir de 5000m3 d’ici à janvier 2021.

Reconstruite en 2016, l’usine de Guindalos potabilise l’eau brute captée à l’Œil du Néez, une résurgence du Gave d’Ossau située à Rébénacq. L’eau potable produite est stockée actuellement dans 5 réservoirs, représentant 20 000 m3, ce qui correspond à environ 24 heures d’autonomie de distribution de l’eau pour Pau, pour le syndicat intercommunal d'eau potable de la région de Lescar et, en secours, pour le syndicat de Jurançon.

3 réservoirs de 5 000 m3 chacun sont déjà situés sur la partie haute du terrain. Les travaux en cours correspondent à la réalisation d’un 4ème réservoir semi-enterré de 5000 m3 et aux adaptations hydrauliques afin de pouvoir réaliser des investigations sur les anciens réservoirs (encore en service) l'un datant de 1960, l'autre de l'époque napoléonienne, aux environs de 1880.

Démarré au mois de juillet 2020, ce chantier présente de multiples enjeux :

  • Maintenir le service, la sécurité et un fonctionnement permanent de la production et de l’alimentation en eau potable des 100 000 habitants desservis pendant les travaux, notamment lors d’une intervention de nuit sur l’un des réseaux structurants d’alimentation de la ville de Pau
  • S’adapter aux contraintes techniques : la proximité de la ligne très haute tension, l’accès à l’usine (la route des coteaux ayant subi des dégradations lors des intempéries de janvier 2020) et l’espace disponible encastré entre les réservoirs existants et les limites parcellaires,
  • Disposer d’un ouvrage d'envergure permettant d’assurer la pérennité de l’approvisionnement en eau potable pour les usagers par le maintien d’une autonomie de l’ordre de 24 heures, implanté et conçu pour préserver la possibilité de création ultérieure d’un 5ème réservoir.

La fin du chantier est prévue pour le mois de janvier 2021. Il est confié au groupement Etchart (mandataire du groupement), Agur Pompage (hydraulique), CEGETP (canalisations), Kevin Simon Architecte (Architecte).

"Un château d'eau intégré au paysage"

guindalos

François Bayrou, Président de la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées et Jean-Marc Denax, le maire d'Artiguelouve, vice-président de l'Agglo en charge de l'eau et de l'assainissement, ont effectué une visite de chantier le 25 septembre 2020.

Après être monté sur le nouveau réservoir, haut de 6 mètres, ils ont eu le privilège de pénétrer à l'intérieur de cette immense cathédrale qui accueillera d'ici janvier 2021 les 5000 m3 d'eau. "Cette construction, c'est un maillon supplémentaire dans la sécurisation de l'alimentation en eau de Pau, du syndicat de Lescar et, en secours, du syndicat de Jurançon", rappelait François Bayrou, qui insistait sur "le travail remarquable effectué en quelques années. Nous sommes l'une des rares collectivités à bénéficier d'une alimentation en eau entièrement gravitaire. Voilà un château d'eau qui est beau, qui garantie la qualité de l'eau et qui va bénéficier d'un aménagement paysager pour s'intégrer parfaitement dans le paysage."

Le nouveau réservoir en cours de construction

Un chantier sécurisé

20

En millions d'euros, le montant investi depuis 2018 par la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées pour la modernisation de l'usine de Guindalos. Sur ces 20 millions, près de 1,5 concerne la construction du nouveau réservoir.

Les prochains travaux

Au-delà de ce nouveau réservoir, la Communauté d’agglomération entend poursuivre dans les prochaines années la sécurisation de l’alimentation en eau potable par :

  • la réhabilitation, si possible après investigations structurelles, des anciens réservoirs,
  • le renouvellement des réseaux structurants d’adduction d’eau potable. Par exemple, le réseau implanté sous le pont d’Espagne à Pau,
  • la réalisation d’une étude exploratoire pour l’identification de nouvelles ressources, afin d’anticiper les conséquences, à ce jour incertaine, du réchauffement climatique.

Un peu d'histoire sur l'usine d'eau potable de Guindalos