Une étude européenne juge la qualité de l’air palois « propre »

18 juin 2021

Une étude européenne juge la qualité de l’air palois « propre »

Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la première ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement. C’est ici que l’air comporte le moins de particules fines.

L’étude fait ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées.

Notre région est relativement épargnée. Pau affiche un taux de PM2,5 de seulement 5,6 µg/m³, quand celui de Bayonne est de 6,4 µg/m³ et 9,23 µg/m³ pour Bordeaux.

En Europe les communes les plus « propres » sont Umeå (Suède), Tampere (Finlande) et Funchal (Portugal).

Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). Pour l’Union européenne la limite annuelle est fixée à PM2,5 à 25 µg/m³. 

En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé et 4 millions de personnes en décèdent chaque année toujours selon l’OMS.

Plus d'informations sur le site du journal Sud-Ouest

Comment s'explique ce bon classement ?

La situation géographique favorable de l’Agglomération paloise lui permet de bénéficier d’une bonne qualité de l’air

Il y a une quinzaine d’années, celle-ci était dégradée principalement à cause de la pollution automobile et du chauffage des bâtiments. Un Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) a alors été mis en œuvre.

Depuis, la Communauté d’Agglomération et la Ville de Pau ont conduit de nombreuses actions qui ont eu un impact positif sur la qualité de l’air :

  • Le Plan de déplacement urbain permet de développer l’usage des transports en commun et de promouvoir les modes doux
  • Le soutien à la rénovation énergétique des logements mis en place dans le cadre du Programme Local de l’Habitat.

Depuis 2016, la Communauté d’Agglomération s’est en outre engagée dans la réalisation de son plan climat air énergie territoire. Ce programme d’actions ambitieux vise :

  • une réduction des émissions de gaz à effet de serre,
  • une réduction de la consommation d’énergie et le développement des énergies renouvelables

Il intègre l’objectif d’une amélioration de la qualité de l’air, avec une diminution de la concentration des polluants atmosphériques de 10% à l’horizon 2030.

Dans le cadre du plan climat, l’Agglomération a également mis en place des actions ambitieuses et innovantes qui contribuent à l’amélioration de la qualité de l’air :

  • le choix de l’hydrogène pour Febus,
  • le réseau de chaleur urbain alimenté à 75% par des énergies renouvelables et locales.

La réalisation d’un Plan de Réduction de la Pollution Atmosphérique (PREPA) dans les prochains mois viendra compléter les actions déjà engagées.

L'Agglo entend poursuivre cette voie et atteindre la neutralité Carbone à l’horizon 2040, en mobilisant largement les acteurs locaux pour imaginer ensemble une Agglomération Bas Carbone et résiliente au Changement climatique. Cette démarche s'inscrit dans l’ambition de l’Europe de faire émerger des projets de villes climatiquement neutre. 

L'eau du robinet, à consommer sans modération