Espaces pluriels

pratique artistique danse-théâtre dont le pôle de référence prioritaire est la danse contemporaine ; diffusion de spectacles et aide à la création ; sensibilisation des nouveaux publics ; favoriser l'accès à la culture et à l'écriture chorégraphiques ; résidences de création théâtrales et chorégraphiques

Thématique : Culture, pratiques d’activités artistiques, culturelles

Type de public : Tout public

Adresse
17 avenue de saragosse 64000 Pau

Adresse du siège social
17 Avenue de Saragosse, 64000 Pau

Téléphone
0559841193

Fax
0559849124

Adresse mail
accueil@espacespluriels.fr

Activités

Le projet artistique de la scène Espaces Pluriels est imaginé depuis 2013 sur les fondements : d’une programmation danse et théâtre avec un regard particulier sur ce que la danse porte comme ouverture disciplinaire, sur la relation entre théâtre et corps sans exclure le théâtre de texte, d’un intérêt manifeste pour les intersections entre les arts, entre le spectacle vivant et les arts visuels, de l’élaboration de temps forts pour croiser des formes multiples et investir la ville, sur scène et hors plateau, d’une présence des artistes la plus continue possible, avec le souhait d’accompagner la création dans le cadre de résidences, de portraits d’artistes, d’une résonance de la création par des propositions de transmission de la danse et du théâtre et des projets participatifs à l’adresse des publics.

Composition du bureau

Secrétaire

Nom : DURAN
Prénom : Elisabeth

Président

Nom : HUERGA
Prénom : Thomas

Vice-président

Nom : LOPEZ-ATALAYA
Prénom : David

Trésorier

Nom : CARRETTE
Prénom : Nathalie
Saison 19/20

Saison 19/20

La scène Espaces Pluriels renforce de saison en saison son engagement à l’égard de l’actualité de la création. S’exprime ainsi le désir d’en faire partager l’effervescence et les questionnements. Initiées par des artistes provenant de nombreux pays, les œuvres rassemblées révèlent une multiplicité d’imaginaires singuliers. Elles traduisent cette force politique inhérente à l’art. Chaque saison se fonde sur un jeu de correspondances entre les pièces.

La programmation théâtrale se centre sur un théâtre explorant la littérature contemporaine, un théâtre qui excelle dans l’enchevêtrement des sources, qu’elles proviennent d’archives, de documents autobiographiques, de textes dramatiques ou de romans, un théâtre où le sens surgit des liens entre l’intime et le politique. La création Le silence et la peur de David Geselson consacrée à Nina Simone, celle de Julien Gosselin Le Marteau et la Faucille sur une nouvelle de l’écrivain américain Don DeLillo ainsi que le spectacle Qui a tué mon père de Stanislas Nordey en sont des exemples. Grâce à ces œuvres, la littérature rejoint l’écriture pamphlétaire, des récits autobiographiques, de grands événements de l’histoire.

Quant aux pièces chorégraphiques illustrant cette saison, plusieurs d’entre elles mettent en jeu ce défi fascinant et constamment renouvelé qui consiste à confronter une partition

musicale à une partition chorégraphique. Moment inédit, Israel Galván, figure majeure du flamenco contemporain, présente sa nouvelle création La Consagración de la Primavera, un

concert dansé coécrit avec la pianiste et compositrice Sylvie Courvoisier sur et en écho à la partition du Sacre du printemps d’Igor Stravinsky. Le chorégraphe Alban Richard accompagné d’Arnaud Rebotini, personnalité marquante de la scène électro française, signent avec le spectacle Fix Me une percutante symphonie techno d’une énergie jubilatoire.

Résonance(s), temps fort danse, s’ouvre à une nouvelle génération. À l’écoute de ses réflexions, cette édition 2020 regroupe des artistes — Flora Détraz, Nach, Volmir Cordeiro,

Boris Charmatz et Emmanuelle Huynh — ayant parmi leur actualité celle de créer des spectacles faisant référence à des sources chorégraphiques, cinématographiques ou vocales.

Ils retiennent de celles-ci leur charge évocatrice, leur capacité à interroger le présent et à transformer leurs danses. Au fil de cette saison composée de 24 spectacles de danse,

de théâtre et de cirque, nous percevons à quel point l’art est en prise directe avec notre temps.

Carole Rambaud, directrice

13 photos